La Fédération algérienne handisport (FAH) compte faire qualifier 57 athlètes aux Jeux Paralympiques (JP) de Tokyo-2020, reprogrammés du 24 août au 5 septembre 2021 en raison de la pandémie de coronavirus (Covid-19). Jusqu’à présent, le handisport algérien a réussi à qualifier 51 athlètes, dont 14 en athlétisme, un en powerlifting et les deux sélections (messieurs et dames) de goal-ball et handi-basket.
«Notre objectif est d’en ajouter d’autres, notamment en athlétisme, judo et powerlifting», a expliqué à l’APS, le président de la fédération Mohamed Hachefa. Les espoirs du handisport algérien reposent, comme de coutume, sur l’athlétisme, la discipline la plus porteuse en termes de nombre de participants et aussi de distinctions ramenées des précédents rendez-vous paralympiques. Une vingtaine de médailles d’or sur un total de 73 depuis les premiers JP de Barcelone en 1992.
«L’athlétisme est la locomotive du handisport algérien, avec sa présence et ses performances au plus haut niveau. On a déjà 14 qualifiés pour Tokyo-2020 et nous avons la possibilité d’en ajouter d’autres lors des prochaines compétitions qualificatives, et aussi grâce au classement mondial de nos athlètes qui peut leur être favorable», a souligné le président.

Les espoirs placés en le powerlifting
Les chances algériennes reposent également sur le powerlifting, avec Hocine Bettir déjà qualifié et une autre place pouvant être attribuée chez les dames à Samira Guerioua. Le judo, qui a peiné durant les derniers tournois qualificatifs pour cause d’absence en raison du manque de soutien financier ou pour des résultats peu probants, a aussi des chances de qualification aux JP et perpétuer la tradition. Selon Hachefa, le judo aura peut-être la possibilité d’arracher quatre places au maximum, mais cela «ne sera pas facile et demandera aux athlètes de mettre les bouchées doubles et évidemment à la fédération un soutien sans faille».
En sports collectifs, l’Algérie a réitéré le même exploit que lors de la précédente édition à Rio-2016, avec la qualification des sélections de goal-ball et handi-basket (messieurs et dames). Elles seront les ambassadeurs du continent africain à Tokyo, avec la mission de faire mieux que lors des JP de Rio.
«Je crois qu’avec tous les problèmes et perturbations que la fédération a connus lors de l’actuel mandat (2017-2020), on ne peut que s’estimer heureux d’avoir arraché déjà 51 places pour Tokyo, en attendant d’autres», a conclu le président de la FAH. Les Jeux Paralympiques de Tokyo-2020 devront réunir 22 sports représentés par un total de 4.400 athlètes dont 3.000 places qui seront mises en jeu après la reprise des activités dans plusieurs disciplines. n