Des dizaines de travailleurs de l’agence locale de l’Office de promotion et de gestion immobilières (OPGI), de la daïra de Haïzer, ont protesté, jeudi en fin d’après-midi devant l’administration en guise de contestation des décisions de licenciement prises par la direction.

Tout en qualifiant la décision d’arbitraire et d’abusive, les protestataires, ayant comptabilisé des dizaines d’années d’expérience, se disent outrés non seulement du recours au licenciement, mais par le fait aussi qu’« aucun avis n’a été adressé par la direction informant ce personnel de leur licenciement ». « Nous n’avons jamais été informés ou avisés de ces décidions, nous réclamons notre réintégration dans nos postes respectifs», a dénoncé un travailleur exigeant le renouvèlement de son contrat de travail. D’autres ajoutent : «L’OPGI n’a pas motivé son refus de nous renouveler nos contrats de travail. Alors que certains parmi nous viennent de boucler six ans de travail », ont-ils ajouté. Les travailleurs, visiblement déterminés à aller jusqu’au bout de leur mouvement de protestation, ont adressé une correspondance au directeur général de l’OPGI l’alertant sur des dépassements dans la gestion de ce dossier. « Nous avons aussi avisé le wali de Bouira, l’inspection du travail afin d’intervenir et de nous réintégrer dans nos postes de travail. C’est une injustice. Nous sommes des pères de famille et la direction doit prendre nos cas en considération », a-t-on déplornt-ils en menaçant d’une grève de la faim au cas où leur revendication n’est pas prise en charge. M. H.