Le Syndicat national des agences de voyages (SNAV) a organisé, hier, un sit-in devant le siège de l’Office national du tourisme à Alger pour dénoncer la nouvelle mesure instaurée par le consulat d’Arabie saoudite concernant le hadj et la omra.

En effet, le consulat saoudien exige désormais des agences de voyages de présenter une liste de 500 voyageurs pour pouvoir prétendre à l’obtention d’un agrément qui leur permet de proposer le hadj et la omra. Une condition qui va faire baisser, selon les professionnels du secteur, le nombre d’agences de voyages agréées, qui ne dépassait pas les 380 l’an dernier sur tout le territoire national. «Nous avons des engagements envers les compagnies aériennes et les clients, et cette nouvelle mesure va porter atteinte à notre crédibilité envers nos interlocuteurs», s’est indigné un voyagiste, selon lequel le secteur vit déjà une situation difficile. Selon les protestataires, l’ONT, sollicité, a déjà exprimé son incapacité à régler ce problème car, se justifie-t-il, il ne peut pas imposer au consulat saoudien de retirer cette condition. Mais le SNAV n’est pas convaincu par cette réponse et a appelé l’ONT à se diriger vers les autorités saoudiennes, à leur tête le ministère des Affaires étrangères, afin de trouver une solution à ce problème «unique en son genre », selon les protestataires qui appellent également les pouvoirs publics à améliorer les conditions d’exercice de leur profession. Mais ce qui a provoqué l’ire des voyagistes, ce sont des informations selon lesquelles deux agences de voyages, au vu de leurs affinités avec les autorités consulaires saoudiennes dans le pays, ont tout de même pu obtenir un agrément sans avoir rempli la condition d’avoir 500 voyageurs. Un «deux poids, deux mesures» fortement dénoncé par ces dernières. Par ailleurs, les membres du SNAV, lors de l’assemblée générale élective qui s’est tenue samedi à l’Ecole d’hôtellerie d’Aïn Benian, ont élu Saïd Boukhlifa en tant que nouveau président du syndicat, à la place du président sortant Bachir Djeribi, et ce, après une longue polémique au sein du syndicat entre ce dernier et ses détracteurs, qui l’ont accusé de n’avoir jamais tenu d’assemblée générale élective et de continuer à encaisser les cotisations des membres. Ces derniers estiment que le nouveau président et son équipe vont beaucoup apporter pour le syndicat et les agences de voyages.