Questionné sur le retard relevé par le ministre de l’Industrie, Abdeslam Bouchouareb, lors de la visite de son usine de fabrication de tubes spiraux, en association avec le turc Vincotte, à Oran, M. Haddad a considéré les déclarations de M. Bouchouareb comme « légitimes ».

Il comprend aussi « la pression qu’il exerce sur les opérateurs pour réaliser leurs projets dans des délais très courts pour pouvoir exporter et rentabiliser ». Il dira : « Bouchouareb est dans son rôle ». Cependant, il a tenu à expliquer, à son tour, que « cette usine est la plus grande du monde, unique en son genre et va produire 450 000 tonnes (tubes spiraux). Elle est financée sur nos fonds propres à 90% (sur un total de 21 milliards DA) ». Donc, « le retard avancé par Bouchouareb, pour ma part, n’en est pas un, car lors des travaux beaucoup d’aléas se présentent dans un projet aussi gigantesque. Il s’agit d’une usine étalée sur 25 hectares dont 12 sont couverts, ce n’est pas chose facile ».
M. Haddad a fini par annoncer que son produit sera disponible sur le marché à partir du 28 février (2017) et le retard n’est que de trois mois seulement ». F. M.