Devant les membres du Conseil de la nation, jeudi, le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales Noureddine Bedoui a réitéré la détermination des pouvoirs publics à lutter contre la violence sous toutes ses formes, le gouvernement accordant  « une importance cruciale »  à combattre la violence dans  la société à travers « plusieurs mesures déjà prises et d’autres à venir ».


« Le gouvernement accorde une importance cruciale à la lutte contre la violence dans la société, sous toutes ses formes, à l’instar de la violence dans les stades et la violence routière, à travers la prise de plusieurs mesures », a-t-il indiqué. M. Bedoui s’était néanmoins attardé sur la violence dans les nouvelles cités ; affirmant sur le sujet que « les quelques incidents enregistrés dans certaines nouvelles cités sont des actes isolés qui ne peuvent être assimilés à un phénomène de violence », précisant que « la situation réelle est loin de l’amplification médiatique et des rumeurs relayées sur les réseaux sociaux ».
A ce propos, il a expliqué que le recasement de familles qui vivaient dans des bidonvilles à Alger «dépourvus de toute commodité et foyers de plusieurs fléaux sociaux, dans de nouveaux quartiers, a engendré des frictions entre jeunes, que certains délinquants ont exploitées pour s’imposer et s’accaparer des parkings », ajoutant qu’il s’agit, dans certains cas, « de vengeance ou de simples altercations qui se transforment en bagarre générale ». Certains de ces incidents « ne sont que de simples altercations qui surviennent dans certains quartiers impliquant des jeunes, des délinquants ou des repris de justice », a-t-il précisé, soulignant qu’ils «sont réglés immédiatement grâce à l’intervention des forces de sécurité et le contrôle des quartiers, dans le cadre de la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes ». M. Bedoui a indiqué que les violences enregistrées dans les nouvelles cités «ont connu une baisse sensible ces dernières années, la plupart des incidents étant sans importance, ni incidence sur la vie quotidienne du citoyen». Pour juguler ce phénomène, le ministre a fait état de mesures urgentes à caractère cœrcitif, de sensibilisation et d’anticipation répondant à l’extension urbanistique qui exige le déploiement des éléments de la Gendarmerie nationale et de la sûreté urbaine de proximité et le renforcement les opérations de contrôle dans les quartiers fréquentés par les repris de justice. Les nouvelles cités ont été accompagnées par la réalisation de structures culturelles et sportives à l’instar de maisons de jeunes, de centres de loisirs, de salles de prière et de structures sanitaires, a indiqué le ministre. Mettant l’accent sur « le rôle important » de la mosquée dans la diffusion « des valeurs de fraternité et de coexistence dans la sérénité », le ministre a mis l’accent sur « la nécessité de mettre les parents devant leur responsabilité en matière de protection de leurs enfants », rappelant que le code de l’enfance expose les parents à des sanctions et à des mesures conservatoires en cas de manquement à leurs devoirs.
Outre « les mesures visant à consacrer la force de la loi », la contribution de la société civile et la consécration de la culture du civisme et de citoyenneté dans la préservation des acquis sont des fondements à même de contribuer à la lutte contre les fléaux sociaux, a estimé M. Bedoui. Il y a lieu de rappeler que durant 2016, 14 324 familles ont été relogées à Alger à travers sept opérations, alors que depuis juin 2014, 46 000 familles ont été relogées, en application du programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika visant à éliminer l’habitat précaire et embellir les communes d’Alger.