Un quota de 2 440 logements a été affecté à ce jour aux imams issus de différentes wilayas du pays dans le cadre de la prise en charge des revendications socioprofessionnelles du personnel du secteur, a annoncé vendredi à Médéa le ministre des affaires religieuses et des wakfs, Youcef Belmahdi.
«Un effort appréciable a été consentit par le ministère de l’intérieur et des collectivités locales pour la prise en charge des demandes de logements introduites par le secteur des affaires religieuses et qui a permis l’affectation de pas moins de 2 440 logements au profit des imams», a indiqué le ministre en marge de l’inauguration du centre culturel et islamique, sis au pôle urbain de Médéa.
M. Belmahdi a affirmé, d’autre part, que cette opération «va se poursuivre et atteindre, dans un proche avenir, le triple du quota déjà attribué, de façon a couvrir la totalité des demandes exprimées par le secteur».
Interrogé, par ailleurs, sur les actes de violence perpétrés à l’encontre de certains imams et auxiliaires du secteur, le ministre a fait savoir qu’une demande a été introduite auprès du ministère de la Justice en vue de la «réactivation d’un projet de loi criminalisant les actes de violences, tant verbal que physique à l’encontre des imams et des auxiliaires du secteur des affaires religieuses».
Minimisant ce phénomène qu’il a qualifié d’étranger à la société algérienne, le ministre a tenu a rappeler que les cas de violence physique dont en fait l’objet des imams «sont très rares» et que «l’Etat, à travers ses différents démembrement, que ce soit la justice ou les services de sécurité, a toujours veillé à la protection des imams, en tant que citoyen, et à préserver leurs droits».