L’Organisation nationale des promoteurs immobiliers (ONPI) présidée par M’hamed Sahraoui se réunit aujourd’hui pour renouveler ses instances et discuter en congrès des questions liés à leur profession, a-t-elle annoncé dans un communiqué de presse.


L’ONPI, qui a déjà tenu une réunion de ses instances exécutives en décembre dernier, a tracé un certain nombre de priorités. « L’urgence d’une meilleure organisation se fait sentir afin de faire face aux innombrables difficultés que rencontre la profession », souligne le syndicat. Ce dernier doit élire un nouveau président, mais on ne sait pas si M’hamed Sahraoui sera candidat à sa propre succession, car il est contesté au sein de ses propres rangs après le retrait non encore définitif de son agrément.
«Notre souci doit être d’assurer une meilleure visibilité de l’ONPI, à tous les niveaux, car il faut bien prendre conscience que les promoteurs sont appelés à jouer un rôle déterminant dans la construction du pays et dans son paysage économique », avait annoncé Sahraoui en décembre dernier.
« D’autant que ce secteur draine des montants financiers très importants », poursuit-il. Avant d’ajouter que le syndicat « est aussi une force de proposition non négligeable qui pourra apporter son concours quant à la politique du logement au moment où l’Etat ne pourra plus économiquement financer comme par le passé les programmes de construction ambitieux ».
Le président estime que l’ONPI doit être présente médiatiquement et devrait répondre « à toutes les nécessités du secteur », comme elle doit entretenir des relations avec les différentes tutelles et envisager une commission mixte (ONPI-ministère de l’Habitat-wali) pour synthétiser des objectifs de nature à lever les entraves de la profession et traiter tous les problèmes en suspens « pour développer une vision d’avenir ».
L’organisation nourrit l’espoir de concrétiser une activité intense en 2017 qui atteindra « sa vitesse de croisière » en souhaitant démarrer l’année sur de nouvelles bases avec le ministère de l’Habitat pour une mise à plat de tous les problèmes. « Une commission restreinte doit être dégagée » en conclusion du conseil national de décembre « pour une rencontre avec le ministre de l’Habitat et son staff pour un dialogue fructueux et sans passion », a suggéré le syndicat.
Une journée nationale de la promotion immobilière organisée par l’ONPI, sous le haut patronage du président de la République, est d’ores et déjà prévue « pour donner un souffle nouveau au secteur et ouvrir plus grandes les perspectives». Le président veut aussi « mettre les choses au point à propos des comportements plus que discutables de certains membres de l’ONPI » qui en son absence « ont cru devoir me substituer un président par intérim alors que « rien ne le justifie ». Selon lui, le prétexte qui a été mis en avant, à savoir l’absence d’agrément du président, ne tient pas et, qu’en effet, il reste valide jusqu’à épuisement des voies de recours pour un dossier qui est en cours d’instruction au niveau du ministère de l’Habitat.