Trente-quatre opérateurs économiques du secteur des industries agroalimentaires prennent part à la 24e édition du Salon international de l’agroalimentaire, Gulfood 2019, qui se tient depuis hier à Dubaï, aux Emirats arabes unis, et se poursuivra jusqu’au 21 février. Ce n’est pas la première fois que des opérateurs nationaux de la filière se rendent à cette destination considérée comme l’une des plus importantes au monde. Plus de 190 pays participants, 5 000 exposants et plus de 98 000 visiteurs du monde entier. C’est la première fois, cependant, qu’une participation de la sorte est inscrite dans une démarche explicite de gains de marchés à l’extérieur, notamment à travers les foires et salons internationaux. Ce n’est d’ailleurs pas fortuit que la délégation d’une trentaine de chefs d’entreprise, partie à Dubaï est conduite par le ministre du Commerce, M. Saïd Djellab. Lors de cette nouvelle édition de Gulfood 2019, les opérateurs économiques algériens mettront en avant les capacités des différentes filiales du secteur de l’agroalimentaire national et feront la promotion de leurs produits pour ouvrir de nouvelles voies d’exportation vers les pays du Golfe et, de là, vers les marchés du sud de l’Asie, lit-on dans un communiqué du ministère du Commerce. A titre indicatif et prévisionnel, les ventes de produits agro-alimentaires et de boissons dans la région Mena (Moyen-Orient/Afrique du Nord) devraient passer de 145,4 milliards de dollars en 2018 à 171,1 milliards de dollars en 2023 avec un taux de croissance annuel de 3,33%. Des chiffres contenus dans le rapport 2019 de Gulfood Food and Beverage World. C’est dire l’enjeu des marchés auxquels les opérateurs algériens cherchent à se mesurer dans un contexte fortement concurrentiel, faut-il préciser. Les participants à cet évènement visent à conclure des accords et des partenariats leur permettant d’accéder également à l’Est de l’Asie et au sous-continent indien, des régions qui, avec la zone Mena, comptent plus de 3,5 milliards consommateurs.