Agissant sur la base de plaintes déposées par quatre citoyens de la ville de Guerrara, dont les véhicules ont été saccagés et leurs postes radio volés, les éléments du service de police judiciaire de la Sûreté de daïra de Guerrara, à 110 km

au nord-est du chef-lieu de wilaya, Ghardaïa, ont lancé les investigations pour retrouver les auteurs de ces larcins. Comme les vols ont eu lieu dans des endroits couverts par les caméras de surveillances, largement répandues dans la ville depuis les dramatiques évènements de 2015, c’est tout naturellement que les enquêteurs ont procédé à l’exploitation des enregistrements vidéo des journées et nuitées lors desquelles ont dû avoir lieu les actes de malveillance. Et c’est ainsi qu’un premier indice a été découvert avec cette voiture que l’on retrouve à chaque fois à proximité des lieux où ont eu lieu les vols. Recherchée les jours suivants, la voiture a été enfin repérée, mais vide et stationnée dans un quartier de la ville.
Placée sous discrète surveillance, son propriétaire finit par venir la chercher et c’est ainsi qu’il s’est fait alpaguer par les éléments de police qui l’ont emmené au commissariat de la ville pour entamer l’interrogatoire d’usage. Puis, munis d’un mandat de perquisition délivré par le procureur de la République près le tribunal de Ghardaïa, les enquêteurs procédèrent à la fouille du domicile du suspect et découvrirent un des postes radio volés, quelques joints de kif et deux comprimés de psychotrope. Soumis à une batterie de questions, il et finit par balancer ses deux complices, résidant dans la ville de Blida.
Munis alors d’une autorisation d’élargissement du champ de compétence délivré, encore une fois, par le procureur de la République du tribunal de Ghardaïa, une équipe de la police judiciaire de la Sûreté de daïra de Guerrara s’est rendu à Blida et, avec la coopération des services de police de la ville et du procureur de Blida, munie d’un mandat de perquisition. Après avoir procédé à la fouille de la maison d’un des deux complices, ils découvrent les deux autres postes radio volés à Guerrara, et, encore une fois, quelques joints de kif, quelques comprimés de psychotropes une baïonnette et une épée.
Arrêtés et emmenés à Ghardaïa, ils ont été présentés tous les trois devant le procureur de la République de Ghardaïa qui a ordonné leur jugement dans le cadre de la procédure d’urgence. Âgés entre 26 et 29 ans, ils ont écopé de 10 ans de prison ferme pour deux d’entre eux et 5 ans de prison ferme pour le troisième et écroués à prison de Châabet Ennichène de Ghardaïa.
O. Y.