Cinq agriculteurs, qui tiraient à l’aide de motos pompes, à partir du réseau d’assainissement, aux lieux dits Lâamiyed et Ladjraf, à Guerrara, à 120 km au nord-est de Ghardaïa, des eaux usées pour les utiliser dans l’irrigation de leurs périmètres agricoles, ont été arrêtés, en début de semaine, par les services de sécurité.

Surpris en flagrant délit d’irrigation de leurs plantations avec des eaux usées, ils ont été arrêtés sur le champ et leurs motos pompes, cinq en tout, et des dizaines de mètres de tuyaux d’irrigation, servant à irriguer illégalement et dangereusement avec une eau contaminée des milliers d’hectares de maraîchages, ont été saisis. Des produits de la terre, finalement dangereux pour la santé, qui sont écoulés, inconsciemment et sans état d’âme, pour ne pas dire sans scrupules, dans différents marchés de la ville de Guerrara et des villes limitrophes, telles que Berriane et Ghardaïa. Il y a lieu de signaler que certains habitants de la région affirment que « cette zone est, hélas, bien connue pour cette pratique à haut risque pour la population ». Selon un médecin de la région, « cette forme de pollution a des effets néfastes non seulement sur l’eau, le sol et la végétation mais aussi sur l’être humain ». En effet, de nombreuses études scientifiques nationales et internationales confirment que plusieurs maladies, spécialement le cancer, les diarrhées, les malformations congénitales, la stérilité, les allergies et même certaines maladies du système nerveux, sont, en très grande partie, liées à la pollution de notre environnement, en particulier chimique, y compris la pollution de l’eau. Les cinq individus ont été présentés à la justice et ils devront rendre des comptes sur leurs délictuelles activités.