L’application des nouveaux dispositifs fiscaux prévus par la loi de finances
pour l’année 2020 continue de susciter la colère et le mécontentement.
En effet, après les avocats, les architectes et les dentistes, c’est au tour
des travailleurs des localités du Sud du pays d’exprimer leur opposition.

Neuf organisations syndicales, dont la Centrale syndicale, ont signé, hier, mercredi un communiqué dans lequel elles appellent le gouvernement à agir en urgence pour revoir les dispositifs de la loi de finances pour l’année 2020, notamment en son chapitre relatif à l’Impôt sur le revenu global (IRG), imposé aux salariés des secteurs privés et publics dans les wilayas du Sud.
La loi de finances 2020 a supprimé l’avantage fiscal accordé aux travailleurs du Sud par l’article 17 de la loi de finances de l’année 2015. Un avantage qui consiste à payer 50% seulement de l’IRG par rapport aux salariés du reste de l’Algérie. «C’est une atteinte grave à un acquis social», déplorent les syndicats. Ils ajoutent : «Nous sommes surpris par le contenu de la loi de finances pour l’année 2020 qui supprime la réduction de l’IRG pour les travailleurs du Sud. Cette mesure provoquera la baisse des salaires ainsi que la chute du pouvoir d’achat des travailleurs». Désagréablement surpris par la démarche du gouvernement, les neuf syndicats appellent à la suppression complète de l’IRG pour les travailleurs du Sud et l’actualisation de la prime du Sud selon le Salaire national minimum garanti (SNMG). En plus du gouvernement, les signataires du document appellent le Président de la République à intervenir pour corriger cette mesure.
Enfin, les syndicats lancent un appel à leurs bases pour rester mobilisées en vue de mener des actions de protestation au cours des prochains jours si les autorités ne donnent pas de suite favorable à leurs doléances. A noter que les travailleurs de l’Agence nationale de gestion de micro crédit au niveau de la wilaya d’Illizi ont prévu une action de protestation aujourd’hui contre cette disposition.
La direction générale de Naftal a instruit ses filiales du Sud d’appliquer le nouveau barème de calcul de l’IRG pour les travailleurs activant dans ces wilayas. En d’autres termes, les travailleurs de cette compagnie vont voir leurs salaires baisser à partir de ce mois de janvier. Pour rappel, l’Union nationale des ordres des avocats ainsi que le Syndicat national de l’ordre des architectes ont adressé, eux aussi, des appels aux pouvoirs publics pour réviser le contenu de la loi de finances pour l’année 2020, notamment en ce qui concerne le passage du régime fiscal déclaratif et régime fiscal réel pour les professions libérales non commerciales.
Les dentistes préparent de leur côté une action de protestation pour les mêmes motifs.