Près de deux mois de grève illimitée n’ont pas été vains pour les étudiants des Ecoles normales supérieures (ENS) qui ont boycotté les amphis depuis décembre dernier. En effet, les étudiants des ENS ont fini par avoir gain de cause si l’on se fie aux dernières déclarations de la ministre de l’Education nationale Nouria Benghebrit.

Elle a indiqué hier que « la priorité dans le recrutement est accordée aux diplômés des Ecoles nationales supérieures tant au niveau local que national », répondant ainsi favorablement à la revendication majeure des protestataires. Mieux encore, elle a même affirmé que les postes d’emploi pour cette catégorie sont « garantis » dans le secteur de l’éducation. « Je réaffirme encore une fois que la priorité dans le recrutement au niveau local est accordée à ces diplômés, et ce en fonction des postes et spécialités demandés dans leur région », a déclaré Mme Benghebrit, en soulignant qu’« en cas de manque au niveau national, la priorité leur revient aussi ». Dans ce sens, la ministre a appelé les étudiants à ne pas se laisser porter par les rumeurs colportées par certains milieux quant à leur non-recrutement à l’avenir.
De son côté, le ministre de l’Enseignement supérieur Tahar Hadjar a, également, répondu favorablement à la requête des étudiants des ENS quant à la poursuite de leurs études mastère en affirmant que cela « ne causait aucun problème ». Le secteur, a-t-il expliqué, œuvre à la révision des cadres juridiques et réglementaires régissant l’organisation et le fonctionnement de diverses établissements, à l’instar des statuts particuliers relatifs à l’université, au centre universitaire et aux écoles supérieures ainsi que l’élaboration des textes d’application relatifs aux domaines de l’orientation, de la formation et de la recherche. Dans ce sens, il a évoqué une concertation avec le ministère de l’Education nationale pour « la révision des conditions d’accès aux écoles supérieures des enseignants en vue d’améliorer la formation des formateurs », révélant l’organisation de nouvelles formations pour le cycle secondaire dans le domaine de l’informatique, le génie des procédés, le génie civil et électrique et le génie mécanique. Quant à l’amélioration des œuvres universitaires, le ministre a fait état de la révision en cours de l’organisation actuelle de l’Office national des œuvres universitaires afin de doter les directions des œuvres universitaires d’un nouveau cadre juridique, soulignant la tenue d’une conférence nationale au cours de cette année sur le dossier des œuvres universitaires.