Le ministre britannique de la Santé, Matt Hancock, a indiqué samedi ne pas exclure d’introduire de nouvelles restrictions en Angleterre en cas de deuxième vague de nouveau coronavirus cet hiver, qui pourrait faire 85.000 morts selon un rapport gouvernemental. «Si les cas augmentent à nouveau, nous devrons recourir à des confinements locaux très étendus ou prendre des mesures supplémentaires au niveau national. Nous ne l’excluons pas, même si nous ne voulons pas voir ça», a expliqué le ministre dans le quotidien The Times. Il a estimé qu’une deuxième vague était «évitable» mais que ce n’était «pas facile». «Voici le pire scénario raisonnablement envisageable: une mauvaise (saison de) grippe et une hausse des cas de coronavirus, les gens passant plus de temps à l’intérieur», a-t-il détaillé. Pays d’Europe le plus endeuillé par la pandémie, le Royaume-Uni recense près de 41.500 morts pour plus de 331.000 cas positifs. Chacune des nations constitutives, comme l’Angleterre et l’Ecosse, y décide de ses propres mesures pour faire face à la pandémie. Selon un rapport du comité scientifique chargé de conseiller le gouvernement sur la pandémie, dévoilé vendredi soir par la BBC, la maladie Covid-19 pourrait causer la mort de 85.000 personnes au Royaume-Uni entre juillet 2020 et mars 2021, selon «le pire scénario raisonnablement envisageable». Le document, qui reconnaît que ses données font l’objet d’une «grande incertitude», souligne que des restrictions pourraient être réintroduites, par exemple en matière de contacts entre personnes de foyers différents, mais que les écoles resteraient ouvertes. Ces mesures resteraient en place jusqu’en mars 2021. En juillet, une étude de l’Académie des sciences commandée par le gouvernement conservateur de Boris Johnson estimait même jusqu’à 120.000 le nombre possible de morts dans les hôpitaux britanniques cet hiver. n