Le géant britannique des hydrocarbures BP a annoncé mardi un bénéfice net de 4,7 milliards de dollars au premier trimestre, grâce au redressement des cours du pétrole et après avoir subi des pertes abyssales en 2020. Le groupe avait essuyé une perte nette de 4,4 milliards de dollars pour le premier trimestre comparable de 2020, plombé par l’effondrement de la demande de brut au début de la crise sanitaire. Et pour l’ensemble de l’année écoulée, la perte avait dépassé les 20 milliards sous l’effet de dépréciations d’actifs massives pour tenir compte de la faiblesse durable du marché pétrolier. Mais depuis, les prix ont nettement rebondi, bénéficiant d’une réouverture progressive des économies, et BP était déjà parvenu à revenir dans le vert au quatrième trimestre de 2020. Les cours du brut, qui étaient brièvement passés en territoire négatif en avril 2020 au pire de la crise, sont désormais au-dessus de 60 dollars. Ils ont profité des espoirs de reprise économique du fait des campagnes de vaccination, ainsi que des efforts de l’Opep et de ses partenaires pour réduire la production. «Grâce à une solide performance de nos activités et le contexte de reprise pour les prix, nous avons généré beaucoup de trésorerie et tenu nos objectifs de dette nette avec un an d’avance», pour la ramener à 35 milliards de dollars, se félicite Bernard Looney, directeur général de BP, cité dans le communiqué. Le groupe va en profiter pour reprendre ses rachats d’actions au deuxième trimestre afin de récompenser ses actionnaires, après avoir été contraint de baisser le montant du dividende en 2020. Par ailleurs, il s’attend à une hausse de la demande sur le marché pour le deuxième trimestre et une lente amélioration dans le raffinage du fait d’une reprise encore limitée pour les carburants, notamment dans l’aérien. Sur l’ensemble de 2021, il prévoit un rebond de la demande de pétrole grâce aux Etats-Unis et la Chine, aux vaccinations, et à la levée des restrictions. BP estime que la demande pour le gaz va elle dépasser ses niveaux de 2019, grâce à l’Asie. Le groupe a poursuivi son programme de cessions au premier trimestre, avec 4,8 milliards de dollars de ventes d’actifs. Il vise au total des cessions de 25 milliards de dollars entre le second semestre de 2020 et 2025. Ce plan fait partie de la transformation en cours du géant pétrolier qui entend réduire sa dépendance aux hydrocarbures, afin d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050.(APS)