Global Group, une entreprise privée, opérant dans la branche mécanique, vient de conclure une alliance stratégique avec le groupe sud-coréen Hyundai Motor Company. Ils ont signé hier à Alger un pacte d’association pour la réalisation d’une usine de construction de camions et de bus à Batna. Le pacte d’association, qui découle d’un accord conclu entre les deux parties au début de l’année 2018, porte sur un investissement de plus de 100 millions de dollars.

Il a été paraphé par le P-dg de Global Groupe, Hassen Arbaoui, et le représentant de Hyundai Motor Company, Donho Choi. La cérémonie de signature a été organisée en marge du 5e Forum d’affaires algéro-sud coréennes co-présidé par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, et son homologue sud-coréen, Lee Nak-Yeon, en visite officielle depuis avant-hier en Algérie. Elle a constitué un moment fort de cette visite.
Dans une déclaration à la presse, le secrétaire général de Global Group, Mohamed Tahar Boudiaf, a indiqué que cette future usine entrera en activité vers la fin de l’année 2019. Et détail important : Ce projet portera sur la construction de camions et de bus et non pas sur le montage, c’est le premier du genre au niveau africain.
L’usine en projet va permettre la création d’au moins 5 000 emplois directs et indirects, ainsi qu’un taux d’intégration national d’environ 40% au démarrage du projet pour atteindre une fourchette oscillant entre 50 et 60% au cours des deux à trois années suivantes.
Les deux associés ambitionnent de produire au plus vite près de 40.000 unités de camions et bus par an. Le géant sud-coréen Hyundai est déjà implanté sur le marché algérien dans le segment de montage de véhicules légers notamment.
Avec cet accord, Global Group passe à la vitesse supérieure dans la filière mécanique, une branche en croissance. Dans la filière mécanique, tous segments confondus, les projets réalisés ou lancés récemment ont permis l’augmentation des capacités de production et l’élargissement de la gamme de produits, avec des taux d’intégration allant de 30 à 80%, dans certains créneaux. Cela aura permis aussi de diversifier la production de matériels et engins de nouvelles générations avec des volumes annuels de 1 000 moissonneuses-batteuses, 5 000 tracteurs agricoles, 25 000 moteurs Diesel et 1 000 engins de travaux publics. Il reste, toutefois, beaucoup à faire pour réaliser les objectifs fondamentaux du projet industriel, de manière générale, tel que projeté par le gouvernement.
Le premier objectif empirique est d’amorcer une nouvelle structuration du tissu industriel et une multiplication d’activités induite notamment par une demande croissante de sous-traitance, d’initier le développement de l’entreprise algérienne à l’international et de donner un nouvel élan à la modernisation technologique du tissu industriel national. Grâce à cette approche partenariale, de grandes firmes mondiales dont des sud-coréennes font confiance aux entreprises évoluant en Algérie en partenariats industriels. La visite de trois jours du Premier ministre sud-coréen s’inscrit dans le cadre du renforcement des relations d’amitié et de coopération entre l’Algérie et la République de Corée, liées par une Déclaration de partenariat stratégique signée en 2006 entre le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et son homologue sud-coréen. Les fruits de cette visite ont été nombreux.
Cinq mémorandums d’entente signés
Cinq mémorandums d’entente ont été signés, hier à Alger, entre l’Algérie et la République de Corée du Sud, dans plusieurs domaines. La signature des mémorandums d’entente a eu lieu en présence du Premier ministre, Ahmed Ouyahia et de son homologue sud-coréen, Lee Nak-yeon. Ces accords concernent les domaines de l’environnement, des douanes, de la mise en conformité et de l’accréditation, de l’investissement, ainsi que des énergies renouvelables. La cérémonie de signature a été précédée par des entretiens entre le Premier ministre, Ahmed Ouyahia et son homologue sud-coréen, qui se sont élargis ensuite aux délégations des deux pays. Les échanges commerciaux entre l’Algérie et la Corée du Sud se sont établis à 2,3 milliards de dollars en 2017 composés de près de 700 millions de dollars d’exportations algériennes (14e client de l’Algérie) et de 1,6 milliard de dollars d’exportations sud-coréennes (8e fournisseur de l’Algérie.<