Une vingtaine de projets relevant des secteurs de l’éducation et des ressources en eau dans la wilaya de Ghardaïa, antérieurement gelés, viennent d’être relancés à travers les 13 communes de la wilaya, a-t-on appris dimanche auprès de la wilaya.

Les projets concernés, et qui avaient été gelés pour des raisons financières, sont la construction et l’équipement de lycées de 1.000 places pédagogiques avec des installations sportives à Zelfana et El Atteuf, un lycée de 800 places à Berriane, la réalisation et l’équipement de trois collèges d’enseignement moyen (CEM) avec demi pensionnat à Guerrara, Berriane, et El-Atteuf, a détaillé à l’APS le chargé de la planification et du suivi budgétaire à la wilaya. La levée du gel a également touché huit groupements scolaires à El-Atteuf, Oued N’Chou (Ghardaïa), Zelfana, Guerrara, Chaâbet El-Hamra (Daya Ben Dahoua) Hassi El-Gara (El-Menea), Bounoura et Berriane ainsi que la réalisation et l’équipement de deux postes transformateur au profit du cycle secondaire, l’aménagement et la réhabilitation des établissements scolaires du cycle moyen, y compris le chauffage et la climatisation, a-t-il fait savoir. Les études de réalisation et le choix des assiettes foncières devant accueillir ces projets ont déjà été effectués, ce qui va permettre de lancer les chantiers de ces structures dans les plus brefs délais, a-t-il ajouté.
Selon le responsable, la levée du gel concerne également le secteur hydraulique, précisément le raccordement de la zone des sciences, qui empiète sur les deux communes de Bounoura et El-Atteuf, au collecteur principal des eaux usées, le lancement des études de réalisation des stations de traitement des eaux usées dans les communes de Zelfana, Seb-Seb, Mansoura et Hassi-Lefhal ainsi qu’une station de traitement des eaux usées dans la zone urbaine de Bouhraoua dans la commune de Ghardaia. Ces projets à très forte valeur ajoutée écologique, permettront la dépollution des eaux usées avant leur déversement dans le milieu naturel et la réutilisation des eaux traitées pour l’irrigation agricole.
Il est prévu également la réhabilitation de la digue de Touzouz, située sur le lit de l’oued M’zab en amont, a-t-on fait savoir.
Pas moins de 2,5 milliards DA, puisés du Fonds spécial de développement des régions du Sud (FSDRS) et du programme sectoriel de développement (PSD), ont été mobilisés pour concrétiser ces projets visant l’amélioration des conditions de vie de la population de la wilaya.
D’autres projets touchant le secteur de la santé seront également concernés par le dégèlement rassurent les responsables de la wilaya.