C’est suite à une longue filature suivie d’une patiente et minutieuse investigation qu’un réseau international de narcotrafiquants, composé de quatre Nigérians, un Libérien et un Algérien, a été neutralisé et mis sous les verrous pour possession et commercialisation de stupéfiants de la variété de la Marijuana.  

Le réseau de Subsahariens avait loué une habitation dans le quartier de Sidi Abbaz, dans la commune de Bounoura, à 7 km au sud de Ghardaïa.  Munis d’un mandat de perquisition délivré par le procureur près le tribunal de Ghardaïa, des éléments de la compagnie du renseignement de la gendarmerie de Ghardaïa débarquèrent de nuit audit logement, loué par un Algérien aux Subsahariens. Une plaquette de 800 g de Marijuana et quelque 60 petits bouquets, sortes de petites bottes, comportant plusieurs tiges, ou brindilles, de marijuana ont été découverts. Lors de l’enquête, les narcotrafiquants déclarèrent que la marijuana provenait du Mali et était convoyée par des Maliens qui le leur revendaient. Ce qui conforta l’idée des enquêteurs de l’existence d’un réseau transfrontalier bien organisé, spécialisé dans le convoyage et la commercialisation de marijuana à travers les frontières sud du pays. L’Algérien, arrêté en même temps, a déclaré n’avoir rien à voir avec le trafic de stupéfiants et qu’il n’était que le propriétaire de la maison qu’il louait aux Subsahariens arrêtés. Présentés, lundi, devant le procureur de la République près le tribunal de Ghardaïa, qui les a déférés devant le magistrat instructeur, les quatre Nigérians et le Libérien ont été placés sous mandat de dépôt et écroués à la prison de Châabet Ennichène de Ghardaïa, alors que l’Algérien, propriétaire de la maison, a été placé sous contrôle judiciaire.