de Ghardaïa, O. Yazid
On n’est pas encore sortie de l’auberge. Et pour cause. Ce n’est pas demain la vielle qu’enfin on soit d’accord entre les deux communautés, ne serait-ce que sur le minimum syndical. Il suffit que l’une des deux parties s’aventure par quelque initiative que ce soit pour que l’autre partie automatiquement se braque et affiche sa ferme opposition. Et cette fois, comme toujours, ça n’a pas raté lorsque sur le réseau social Facebook, une information, à prendre avec des pincettes, annonce qu’une correspondance (émanant de qui ? et dont on a vainement cherché à nous procurer une copie) aurait été adressée au wali de Ghardaïa, Azzedine Mechri, lui demandant d’attribuer à l’université de Ghardaïa le nom du défunt général de corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah et ce, toujours selon les termes du post sur Facebook, « en reconnaissance des efforts du défunt dans la préservation de la sécurité et de l’intégrité du pays et son rôle majeur dans l’organisation des élections qui ont donné au pays un président de la République », « mais aussi pour régler définitivement l’animosité entre les deux communautés sur le choix du nom à donner à ce lieu du savoir ». Dans l’heure qui a suivi ce post, des dizaines de commentaires, les uns refusant carrément cette proposition et les autres l’appuyant, se sont « affrontés » mais pour une fois, sans aucun dépassement verbal. Même si des deux côtés, le ton et les arguments ont été fermes, tout est resté dans la limite de la correction et cela est déjà un acquis. Pour l’heure, on ne sait point qui ou quelle partie est l’auteur de cette initiative, si tant est qu’elle soit effective.