C’est sur les hauteurs de la vieille ville de Ghardaïa, exactement à Bouhraoura, que s’est tenue, jeudi matin, la cérémonie considérée, et à juste titre, comme l’apothéose d’une opération réussie sur tous les plans, dans la wilaya de Ghardaïa, des élections locales APC/APW du 23 novembre écoulé.

Et c’est justement au siège de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE), celle qui a eu à encadrer, surveiller et accompagner tout le processus de ces élections, avant, pendant et après toute l’opération, que le clap de fin a été donné avec la remise par le président de cette instance, le docteur Ahmed Azzaoui, par ailleurs enseignant à l’université Kasdi-Merbah de Ouargla, du rapport détaillé et complet de toute cette opération, à Azzedine Mechri, le wali de Ghardaïa . La cérémonie s’est déroulée en présence de Omar Daddi Addoune, qui vient d’être, brillamment et à la majorité écrasante, désigné par, d’abord, les électeurs, ensuite par ses pairs, pour un second mandat à la tête de l’APW de Ghardaïa, du président de la cour de Ghardaïa, du procureur général adjoint, des magistrats, des responsables de tous les corps constitués, (armée, police, gendarmerie, renseignements militaires et Protection civile), des chefs de daïra, des P/APC, nouvellement élus, d’élus à la chambre basse du Parlement, de notables et de tous le personnel affecté à cette instance, toutes catégories confondues. Après un bref rappel sur l’ensemble du travail accompli par cette instance, le Dr Azzaoui a cédé la parole à Azzedine Mechri, le wali, qui n’a pas caché sa joie en déclarant que «le taux de participation enregistré au niveau de la wilaya de Ghardaïa lors de cette élection électorale (57,92 % pour les APC et 57,20 % pour l’APW) est une véritable gifle assénée par la population à tous ceux qui, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, ont appelé à l’abstention et au boycott. C’est une belle raclée qu’ils viennent de recevoir de la part du peuple. C’est une leçon à méditer pour tous les oiseaux de mauvais augure.» Analysant cette massive réponse par les urnes, le wali la résume en quelques points qui ont largement incité la population de la wilaya de Ghardaïa à y souscrire, à savoir la sécurité et la quiétude qui prévalent sur tout le territoire de la wilaya. Et c’est le raison essentielle de cet afflux des électeurs vers les bureaux de vote. Pour preuve, cite-il, «nous n’avons pas enregistré le moindre incident et cela grâce à la parfaite maîtrise de l’opération par les différents services sécuritaires qui n’ont pas lésiné sur les moyens pour assurer une élection en toute sécurité et je les en félicite ici devant vous». La transparence totale dans laquelle se sont déroulées tout aussi bien l’élection que la campagne électorale qui a été menée de bout en bout dans le plus grand respect entre tous les candidats partisans et indépendants. Et à ce sujet, le wali assure «pas un seul dépassement ni écart de langage n’ont été relevés. Et cela démontre le haut degré de maturité de tous les candidats qui ont placé l’intérêt général avant leur intérêt personnel. C’est tout à leur honneur». «La justice, colonne vertébrale de toute société, est prononcée dans le juste droit, ne peut qu’être acceptée et respectée par tout le monde. Et c’est justement le cas, lorsque à Ghardaïa les citoyens, après tous les évènements vécus par la région, ont vu et compris que la justice est impartiale et ont tous adhéré aux hautes décisions prises par les pouvoirs publics pour asseoir une sécurité pérenne tendant à faire redémarrer la machine économique locale et le développement tous azimuts de la région». L’administration, ce grand cocotier, qu’il fallait secouer pour éliminer tous les anciens réflexes, synonyme de blocages à tous les niveaux qui empoisonnaient la vie des citoyens. «C’est un grand coup qui a été donné dans la fourmilière pour dépoussiérer toute cette machine qui avait du mal à se départir de ses anciens réflexes. Beaucoup de décisions, parfois sèches, ont été prises pour faire avancer la machine. Et c’est aussi l’un des aspects de la vie de la cité qui a fait que les citoyens ont compris que quelque chose a changé et positivement.» La reprise économique. «Elle est là, à vue d’œil, avec tous ces grands magasins qui ont ouvert ces deux dernières années, ainsi que toutes ces entreprises dans le domaine laitier, industriel et les services, créant des centaines de postes d’emploi et donnant une impulsion et une vigueur à la vie économique de la région.» Et enfin, l’investissement : «Nous sommes assaillis de toutes parts par des demandes d’industriels et des investisseurs dans divers domaines pour venir s’installer et lancer de grands projets dans notre wilaya. Et c’est pour répondre à toutes ces sollicitations, que nous avons multiplié par deux l’espace foncier industriel, l’élevant de 400 à 800 hectares, avec la création de plusieurs zones d’activité, notamment à El Madagh et Laroui à Berriane, Fouinis à Metlili et El Menéa et élargi la zone industrielle de Bounoura de 100 autres hectares.» Voilà, grosso modo, les raisons essentielles, selon le wali, qui ont encouragé la population à répondre à l’appel du devoir et à s’engager avec les pouvoirs publics, à asseoir davantage la sécurité et la prospérité de la région.