Une récolte de plus de 600 000 quintaux de dattes, toutes variétés confondues, est attendue au titre de la campagne de cueillette de la saison agricole 2018/ 2019, dans la wilaya de Ghardaïa, a-t-on appris hier auprès de la direction des services agricoles (DSA).

Cette production prévisionnelle se répartie en une récolte de plus de 250 000 qx de dattes de variété supérieure Deglet-Nour, avec un rendement moyen estimé à 48 qx/ha, 100 000 qx de variété ghers et 270 000 qx de dattes communes, avec un rendement moyen de 55 qx/ha, a indiqué à l’APS l’ingénieur en chef chargé des statistiques à la DSA.
«Cette récolte, en hausse comparativement à l’année précédente, dépend fortement des conditions climatiques qui marqueront les mois de septembre et octobre prochain, notamment pour les dattes à peau molle très fragile telle que Deglet Nour et Ghers, sensibles et vulnérables aux fluctuations climatiques», a expliqué M. Khaled Djebrit.
L’augmentation attendue de la production pour la campagne de cueillette, lancée mi-septembre courant, est expliquée par l’accroissement du potentiel phœnicicole productif de la wilaya, qui est passé de 695 000 palmiers en 2002 à près de 130 0000 palmiers en 2019, à la faveur de différents programmes de développement agricoles initiés par les pouvoirs publics, des campagnes de sensibilisation préventive des phœniciculteurs et propriétaires de palmiers aux enjeux liés à la production de dattes de qualité effectuées depuis le mois de mai dernier, ainsi qu’au suivi phytosanitaire et au traitement préventif contre les différentes maladies et parasites du palmier et de la datte, a -t-il ajouté. Pas moins de 330 000 palmiers-dattiers productifs des palmeraies de la wilaya de Ghardaïa ont été traités en juin dernier contre le Boufaroua et le Myelois par les services de la station de l’Institut national de protection des végétaux (INPV) , en sous-traitant avec les microentreprises locales et les agriculteurs. Malgré ces performances, la filière phœnicicole fait face à un certain nombre de défis, relatifs notamment à la qualité, la productivité et à la rareté de la main-d’œuvre qualifiée pour l’entretien du palmier et l’opération de cueillette, a fait savoir M. Djebrit.
Outre le problème lié à l’absence d’un circuit de commercialisation organisé de la production qui engendre inéluctablement des problèmes d’écoulement de la production phœnicicole sur le marché, a relevé ce responsable.
La filière de la datte commence à susciter l’intérêt des agriculteurs locaux qui œuvrent à améliorer le rendement et la qualité de la datte afin de la valoriser au mieux et l’exporter vers les pays étrangers.
Le potentiel phœnicicole est appelé à croître dans les prochaines années à la faveur de plusieurs facteurs, notamment la création de nouveaux périmètres agricoles sur des terres fertiles, au sud de la wilaya où l’existence des potentialités hydriques souterraines est confortée par la réalisation d’ouvrages de mobilisation et de stockage du potentiel hydrique, signale-t-on.
Considérée comme l’une des plus importantes zones productrices de datte en Algérie, avec près de 1300000 de palmiers couvrant une superficie de 13000 hectares, dont 1148260 productifs, la wilaya de Ghardaïa compte plusieurs variétés phœnicicoles à valeur commerciale très élevée, avec une saveur sucrée et une consistance molle.
La variété Deglet Nour, datte mielleuse aux reflets mordorés, demeure de loin la variété la plus prisée et compte un effectif de 524350 palmiers.
706560 palmiers sont dédiés à la production des variétés Ghers, Timjouhart, Ben Kballa, parfumées et légèrement caramélisées, selon les données de la direction des services agricoles. n