Ayant trop longtemps subi les dégâts provoqués par ces bêtes sauvages sur leurs propriétés agricoles, les agriculteurs de Guerrara, à 115 km au nord-est de Ghardaïa, se disent «soulagés de l’intervention salvatrice de l’Association des chasseurs de la wilaya d’Alger,

qui a mis fin à la destruction de nos champs et de nos cultures par des hordes de sangliers qui avaient envahi la région». En effet, après plusieurs plaintes des propriétaires des périmètres et exploitations agricoles de Guerrara quant à un envahissement de leurs champs par des hordes de sangliers qui dévastent et saccagent tout sur leur passage, les élus locaux, en association avec la Direction des forêts et des responsables sécuritaires, ont organisé une battue de deux jours, menée de main de maître par vingt-huit chasseurs professionnels, affiliés à l’Association des chasseurs de la wilaya d’Alger. Organisée vendredi et samedi dernier, cette battue a permis de mettre définitivement hors d’état de nuire pas moins de 207 sangliers, laies et marcassins. «C’est l’absence de battues régulières qui permet la prolifération exponentielle de ces animaux», a déclaré un responsable de la Conservation des forêts. Selon un vétérinaire «leur présence représente un risque patent de transmission de maladies aux autres animaux et à l’homme, telles que la brucellose, la tuberculose, la peste porcine classique, la variole, la fièvre aphteuse, etc.» Ajoutant : «C’est pourquoi il est impératif de surveiller la prolifération des populations de cet animal à haut risque, autant pour les cultures, pour les autres animaux que pour l’homme. Des battues régulières et contrôlées, pour assurer un certain équilibre écologique, doivent être organisées à des périodes précises de l’année. »