Kameleddine Fekhar, détenu à Ménéa depuis septembre 2015, est hospitalisé depuis dimanche. Son admission au pavillon carcéral de l’hôpital de Ménéa est provoquée par la détérioration de son état de santé induit par la grève de la faim qu’il a entamé depuis le 
3 janvier écoulé. Selon Maître Salah Dabouz, avocat de Fekhar, « son état de santé est très faible mais moralement il résiste ». Tout en affirmant qu’il a rendu visite à son mandant le jeudi, Me Dabouz souligne que Fekhar « est déterminé à poursuivre sa grève de la faim et ce malgré le danger qui pèse sur lui», pour dénoncer, entre autres, «son arrestation illégale ». Sur un autre volet, il a indiqué que les autres détenus ont entamé depuis 4 jours une grève de la faim, pour dénoncer « eux aussi leur arrestation ».