80 000 doses de vaccin anti-rougeole et rubéole, est le chiffre qui nous a été communiqué par le docteur Selt Bensalah, chef de service prévention à la Direction de la santé et de la population de la wilaya de Ghardaïa.

« La tranche d’âge concernée par cette campagne de vaccination se situe entre 6 et 14 ans. Elle concerne donc tous les élèves de la 1re année primaire à la 4e année moyenne ». Précisant toutefois « que des élèves ont déjà été vaccinés lors de la campagne controversée du mois de mars passé, qui a rencontré une forte réticence des parents à faire vacciner leurs enfants, et qui sont au nombre de 15 516. En effet, sur une population cible de 94 395 élèves seuls 15 516, soit 16,44 %, ont bénéficié de la vaccination contre le RR et de ce fait ne sont pas concernés par la campagne de vaccination de ce mois de décembre. » Avec plus de précisions, celui-ci dira : « En mars 2017, nous avions acquis de l’institut Pasteur d’Algérie 95 780 doses de vaccins contre la rougeole et la rubéole, nous n’avions à cette époque utilisé que 16 340 doses, soit un taux de seulement 17,06 %. Vous remarquerez qu’il y a une différence entre le nombre d’élèves vaccinés (15 516) et le nombre de doses utilisées (16 340), soit 824 doses en sus. Cette différence s’explique par le fait que dans chaque flacon se trouvent 10 doses de vaccin qu’il faut impérativement utiliser dès son ouverture dans un délai ne devant pas excéder 4 heures. Au-delà, il est périmé et doit être jeté. Et comme quelquefois, dans certains centres, le nombre d’enfants à vacciner dans cette tranche horaire est inférieur au nombre de doses contenues dans un flacon, l’excédent est considéré comme perte. Voilà pour la différence entre le nombre de doses utilisées et le nombre d’élèves vaccinés en mars passé. » Pour ce qui est donc de cette campagne qui aura lieu du 21 décembre 2017 au 7 janvier 2018, soit exactement pendant les vacances scolaires d’hiver, et à contrario de la campagne de mars passé, où l’acte de vaccination s’est déroulé dans les établissements scolaires, c’est dans les enceintes des établissements de santé des 13 communes de la wilaya de Ghardaïa, qu’il aura lieu. Ainsi, selon notre orateur, « les parents d’élèves seront présents pendant l’acte de vaccination et constateront de visu l’absence d’effets secondaires et les moyens mis à contribution. En effet, chaque équipe de vaccination sera composée d’un médecin, qui aura à charge de vérifier l’état de l’enfant et s’il est disposé à être vacciné, un agent vaccinateur et un agent enregistreur ». Pour ce qui est de la désignation des lieux de vaccination, le Dr Selt Bensalah précise : « Chaque EPSP choisit les lieux adéquats pour permettre à la population d’être le plus proche possible du lieu de vaccination. Généralement, ce sont les polycliniques et les centres de soins qui sont désignés pour ce type d’opération et ce conformément à l’instruction n° 22 du 28 novembre 2017 du ministère de la Santé et de la Population relative à l’organisation de la campagne nationale de vaccination contre la rougeole et la rubéole. Par ailleurs, il y a lieu de souligner que tous les centres désignés pour cette opération garderont leurs portes ouvertes pendant toute la durée de la campagne, soit du 21 décembre 2017 au 7 janvier 2018, et ce, même lors des jours fériés et des week-end ». C’est donc, pas moins de 78 879 élèves des deux paliers, primaires et moyens, âgés entre 6 et 14 ans, qui sont attendus dans les centres de vaccination de la wilaya de Ghardaïa pour être prémunis contre la rougeole et la rubéole. « Il nous reste encore en stock 79 440 doses de vaccins et si, pour une raison ou une autre, il s’avéreront insuffisants, nous sommes en mesure de puiser de notre stock de vaccins du ROR, à savoir rougeole, oreillons et rubéole. C’est vous dire que nous avons pris toutes les mesures pour ne pas être pris au dépourvu durant cette importante campagne nationale de vaccination contre la rougeole et la rubéole en milieu scolaire qui s’inscrit, faut-il le rappeler, dans le cadre du programme national de l’éradication de ces deux affections et ce conformément aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’avis du comité technique des experts », a tenu à préciser, en conclusion, le Dr Selt Bensalah. Par ailleurs, il y a lieu de souligner qu’une large campagne de sensibilisation en direction des parents d’élèves sur l’acte de vaccination aura lieu simultanément dans les écoles, à travers les associations de parents d’élèves, dans les mosquées à travers les prêches des imams qui seront mis à contribution, notamment celles hebdomadaires (vendredi) et la radio locale, important vecteur de communication, très écoutée dans la région, dans les deux langues arabe et mozabite.