Kameledine Fekhar, détenu depuis le 9 septembre 2015, est en grève de la faim depuis onze jours. Selon Me Salah Dabouz, qui lui a rendu visite, jeudi, à la prison de Ménéa, le docteur Fekhar «dénonce les conditions de son incarcération et celles de ses codétenus». Selon l’avocat, «Fekhar souffre de douleurs que la direction de la prison n’a pas pris en charge». Ajoutant que «son état de santé ne cesse de se détériorer». Il a informé que le détenu «souffre de douleurs thoraciques non prises en charge par l’infirmerie de la prison qui est dépourvue de moyens». Me Dabouz a souligné que cette cinquième grève de la faim de Kameledine Fekhar «est un cri de détresse» «pour dénoncer son arrestation et son emprisonnement sans aucun motif». L’avocat a précisé que le gréviste de la faim refuse d’interrompre son action, soulignant qu’il veut à travers cet ultime recours «alerter sur ses conditions de détention et celles des autres détenus».
«Le docteur Fekhar souhaite que les hautes autorités du pays soient interpellées sur cette détention arbitraire», a ajouté l’avocat. H. L.