Les éléments de la Gendarmerie nationale de la compagnie de Guerrara, agissant sur la base d’informations fiables, a mis hors d’état de nuire des éléments d’une bande organisée d’escrocs et d’arnaqueurs, utilisant les réseaux sociaux  et surtout les contacts téléphoniques, avec des ramifications à l’étranger.

Après avoir localisé un élément de cette bande, qui a été mis sous discrète filature, pour remonter jusqu’aux autres membres de la bande, les éléments de la Gendarmerie nationale de la compagnie de Guerrara, menés par le commandant Aouf Abdelkrim Idriss, ont procédé à l’arrestation d’un premier élément de cette bande qui n’a pas tardé à balancer ses acolytes et le lieu où étaient entreposés divers matériels et produits servant à appâter les futures victimes dans leur machiavélique piège. Munis d’un mandat de perquisition délivré par le procureur de la République près le tribunal de Berriane, les éléments de la gendarmerie ont investi une maison, située en retrait de la ville. Véritable caverne d’Ali Baba, où étaient entreposées des dizaines de cartons neufs emplis de produits et machines servant soit à purifier l’eau ou l’air, des montres, présentées comme de grandes marques. Il y avait, entre autres, une vingtaine de cartables contenant toute une série d’ouvrages traitant de la meilleure manière « d’appâter et de délester une victime de son argent », en fait, la panoplie du parfait escroc. Et c’était pratiquement le fil d’Ariane de toute cette affaire dont le prolongement va bien au-delà de nos frontières, puisque l’entreprise criminelle qui est à la base de toute cette escroquerie à grande échelle est basée à Hong Kong, avec des ramifications en Chine, aux USA, en Suisse et en Belgique, alors que le centre névralgique, le réceptacle où toute la masse d’argent soutirée aux victimes et convertible en devises est transférée dans une banque des Emirats arabes unis. Véritable atteinte à l’économie nationale, par l’organisation d’une criminelle hémorragie d’astronomiques sommes en devises fortes, illégalement transférées en dehors du pays, l’opération d’escroquerie consistait à appeler les potentielles victimes sur leur téléphone portable en leur demandant de souscrire à un jeu leur permettant de multiplier leurs avoirs en souscrivant à un achat pour une somme allant jusqu’à 20 millions de centimes et plus, en monnaie nationale, mais pour y adhérer, il faut aussi ramener au moins deux autres personnes souscrivant et ainsi de suite. La pyramide des victimes s’élargit de la base au sommet en attirant toujours plus de postulants. Ils seraient, selon les premières informations, des centaines de victimes recensées sur plus d’une quinzaine de wilayas du pays à être tombées dans leur arnaque. « Plus il y a de nigauds, plus il y a de l’argent à pomper », semble être l’esprit et la démarche de cette entreprise criminelle. Utilisant tous les moyens technologiques pour arriver à remonter et démanteler toute la bande, du moins celle opérant sur le territoire national, les limiers de la Gendarmerie nationale du groupement de Ghardaïa, notamment ceux des services de recherche, ont réussi, tout en identifiant 20 individus, dont 3 femmes, opérant, au niveau des villes d’Alger, d’Oran, de Mostaganem, de Ghardaïa et de quelques autres villes du pays, activement recherchés, à arrêter 7 individus, dont une jeune femme. Cinq véhicules de grandes marques, des belles allemandes et suédoises, entre Audi, Volvo, Volkswagen et Mercedes, dans lesquels ils circulaient, ont été saisis ainsi qu’une somme de 93 millions de centimes en monnaie nationale, deux micro-ordinateurs portables et des Smartphones, dont l’exploitation en cours devrait encore permettre de remonter jusqu’au sommet de cette pyramide. Présentés jeudi devant le procureur de la République près le tribunal de Berriane qui les a déférés devant le magistrat instructeur, ils ont été tous les sept placés sous mandat de dépôt et incarcérés à la prison de Chaâbet Ennichène de Ghardaïa.