200 millions de centimes en bijoux et 100 millions de centimes en espèces ont été volés dans le quartier de Touzzouz à une vieille dame vivant seule, chez laquelle ils sont rentrés avec violence
Profitant de l’état de confinement de la population dû au risque de propagation du coronavirus, une bande de malfaiteurs, composée de huit individus, dont trois femmes, ont planifié une série de vols chez des citoyens vivant seuls et de préférence dans des zones isolées. La première, et semble-t-il, la seule et la dernière victime, a été une vieille femme habitant seule dans le périmètre de Touzzouz, dans l’oasis nord en pleine palmeraie, soit une zone luxuriante et aux habitations disséminées. Pour s’introduire et faire ouvrir la porte par les propriétaires, sans recourir à l’effraction, ils envoyaient une des trois femmes demandant de l’eau. Mise en confiance par la voix féminine et ne pouvant refuser de l’eau, la vieille dame a juste entrouvert la porte que les autres membres du groupe de malfaiteurs qui étaient cachés sur les côtés, repoussaient violemment et entraient. Avec brutalité, ils se sont fait remettre une petite mallette contenant des bijoux pour une valeur approximative de 200 millions de centimes et une somme en espèces de 100 millions. Grace au dépôt de plainte de la vieille dame, qui a précisé que la bande se composait d’hommes et de femmes, ils ont tous été arrêtés et les biens de la dame récupérés et ce moins de 12 heures après leur méfait. Leur arrestation a été accueillie avec soulagement par la population qui a été d’autant plus choquée qu’il intervient dans une conjoncture sanitaire très difficile pour le pays ensuite pour le choix de leur victime, une vieille dame sans défense. «Il faut qu’ils soient très sévèrement punis par la justice. Ils n’ont aucun sens de l’humanité. Qu’ils croupissent en prison», s’exclame un habitant de ce quartier excentré de la ville, d’habitude si calme.