L’enfant atteint de brûlures à Touzzouz s’est blessé lui-même en jouant avec ses copains au cocktail Molotov.
N’en déplaise aux oiseaux de mauvais augure qui ont, sans aucune vérification, hurlé aux quatre vents à la reprise des agressions intercommunautaires, dont certains journaux en mal de scoops et habitués à des annonces scandaleuses, l’enquête diligentée par les services de sécurité a élucidé l’incident qui a eu lieu lundi dans le périmètre de Touzzouz, lors duquel un gamin de 10 ans a été atteint de brûlures aux mains et aux pieds. Selon la Gendarmerie nationale, territorialement compétente du lieu de l’incident, « l’enfant jouait avec un de ses frères et deux autres copains avec des récipients qu’ils emplissaient d’essence, auxquels ils mettaient le feu avant de les lancer dans la nature. A un moment donné, l’un des récipients s’est échappé des mains du gamin alors qu’il s’apprêtait à le lancer, se déversant sur ses mains et ses jambes ». Ajoutant : « C’est en prenant peur de la réaction de ses parents que le gamin avait initialement inventé cette histoire d’attaque par un groupe constitué entre trois et cinq individus, avant de révéler la vérité. » C’est un véritable soulagement pour les citoyens de cette belle région, qui ont vécu des années de graves incidents intercommunautaires avant que la sécurité ne soit revenue. Ils n’aspirent qu’à vivre en paix en parfaite cohabitation, d’être assurés et rassurés que ce n’est pas la bête immonde qui se serait réveillée. Finalement, comme me le chuchote un ami à l’oreille l’adage qui dit « celui qui joue avec le feu s’y brûle », se confirme.n