C’est dimanche, à 10 heures, et dans la salle de cinéma M’zab presque comble, où avaient pris place une importante présence féminine, ainsi que plusieurs responsables d’associations, des membres de la société civile, des élus, des notables, des députés et des ex-sénateurs, que le nouveau P/APC de la capitale de la vallée du M’zab, en l’occurrence Aoumeur Fekhar, a été installé.

Présidée par Azzedine Mechri, le wali de Ghardaïa, accompagné du chef de daïra de Ghardaïa et des responsables des quatre segments sécuritaires, à savoir la Sûreté nationale, la Gendarmerie nationale, le secteur militaire et le CTRI, la cérémonie a été ouverte par une intervention liminaire du Secrétaire général de la commune qui a fait lecture des résultats du scrutin communal et APW, du 23 novembre passé et des 22 membres élus qui auront pendant leur mandat à collaborer, chacun dans son domaine et dans les limites de ses prérogatives, avec le nouvel édile, Aoumeur Fekhar . Ils seront donc 23 à administrer une population de plus de 120 000 âmes et dont les attentes, notamment en matière d’hygiène, d’éclairage public et de protection du territoire communal contre sa bidonvillisation et les constructions illicites et anarchiques. C’est d’ailleurs sur ces sujets précisément que le wali a mis l’accent devant les 23 élus, leur demandant de prendre leurs responsabilités devant leurs administrés et surtout leurs électeurs qui, en leur accordant leurs voix et leur confiance, attendent beaucoup d’eux. Après les avoir assuré de toute sa collaboration et son aide dans les efforts qu’ils auront à entreprendre, le wali exhorte la nouvelle équipe à sortir du schéma classique du P/APC et de ses adjoints, recroquevillés sur eux-mêmes et calfeutrés dans leur bureau. «Sortez, allez vers vos administrés, écoutez-les, ne méprisez personne, surtout pas les faibles et les pauvres. Dieu ne le permet pas.» Ajoutant : «Mais la première chose que je vous conseille à tous est de lire le code communal et de vous en tenir à la règlementation. Il doit être comme un livre de chevet pour tout responsable communal. C’est lui, si vous l’appliquez scrupuleusement, qui vous protégera.» Sur le plan du financement, il lance : «C’est à vous de prendre des initiatives, l’APC ne doit pas avoir besoin d’argent. Elle peut créer des ressources et des richesses pour peu que des idées novatrices soient mises en application.» Citant en exemple «les marchés hebdomadaires qui, chaque semaine, voient des centaines de commerçants venir faire des profits sans rien payer en échange et en plus se faire enlever par les services de la commune tous ses cartons et détritus qu’ils ont laissés sur place. C’est irrationnel, il faut faire payer l’occupation de l’espace et donc lever de l’argent, sinon les céder par adjudication. Les APC peuvent aussi, entre autres contracter des prêts Trésor sans intérêts, avec lesquels ils peuvent construire des centres commerciaux, des parkings, etc. Tout cela génère de l’argent frais.» Martelant, «il faut avoir l’esprit imaginatif et créatif et ne pas attendre uniquement les recettes fiscales». Avant de lever la séance pour la traditionnelle photo du P/APC avec l’écharpe, le wali a répété : «Je veux une ville propre et bien éclairée. Alors, vous devez impérativement prendre en charge le secteur de l’éclairage public qui est du ressort de l’APC. Il faut aussi assurer une propreté à la ville et aux quartiers en procédant à des enlèvements des déchets solides et ménagers à des heures régulières. Et aussi, je vous demande de prendre votre courage d’élus et de vous attaquer au problème de la prolifération des constructions illicites. Il faut les démolir et vous avez avec vous la force de la loi. D’ailleurs, ici, et en présence des membres des services de sécurité, je vous rappelle que je mets à votre disposition les forces de police et de gendarmerie pour toute action que vous entreprendriez dans ce domaine.» Ainsi, Aoumeur Fekhar, le nouveau président de l’Assemblée communale de Ghardaïa, est âgé de 66 ans. Il est né le 11 novembre 1951 à Ghardaïa, marié père de 5 enfants. Il est détenteur d’une licence en sciences commerciales, obtenue en 1975 les travées de l’amphi de la prestigieuse Ecole supérieure de commerce (ESC) d’Alger. Ghardaïa, cette sublime ville, aura comme P/APC un de ses enfants. Elu brillamment, en qualité de tête de liste indépendante Ichrak, avec l’écrasant score de 17 778 voix , remportant ainsi pas moins de 16 des 23 sièges de la commune de Ghardaïa, alors que le second, très loin derrière, à savoir le FLN, n’a récolté que 4 592 voix, obtenant ainsi 4 petits sièges sur les 23 en jeu.
C’est dire la popularité de ce brillant universitaire au parcours au long cours, qui a entamé son premier mandat comme membre de l’APC de Ghardaïa entre 2007/2012, avant d’être réélu entre 2012/2017 comme vice-président d’APC et, enfin, élu pour un mandat de cinq ans (2017/2022) comme président de l’APC de Ghardaïa.