Un grand stock de produits alimentaires de première nécessité, constitué de pâtes, d’huiles, de riz, de sucre, de sel, de café, de thé, de farine, de semoule, ainsi que de sacs de pomme de terre, est entreposé dans de grands hangars situés dans la caserne principale de la Protection civile de la wilaya de Ghardaïa.

de Ghardaïa, O. Yazid
Il est déjà dispatché en 2 000 colis alimentaires prêts à être acheminés aux familles nécessiteuses et aux habitants des zones éparses de la wilaya, zones dites d’ombres, selon la nouvelle appellation. Selon Rabah Ouled El Haddar, le président de la Chambre d’agriculture de la wilaya de Ghardaïa, «ce grand stock de marchandises est un don provenant des commerçants et artisans de la wilaya de Ghardaïa et ne constitue en fait que la première partie. D’autres dons seront bientôt réceptionnés et seront aussi rapidement remis aux familles qui en ont besoin, surtout en cette période difficile de confinement». Interpellé sur la rareté de la semoule, Rabah Ouled El Haddar a tenu à lancer un appel aux habitants : «S’il vous plaît ne stockez pas d’importantes quantités de semoule et ce pour deux raisons essentielles.
La première est que vos stocks de semoule risquent de rapidement devenir impropres à la consommation, car la semoule est un produit périssable, et secundo, vous savez tous que la wilaya de Ghardaïa, avec ses périmètres agricoles de Hassi Lefhel et El Menéa constitue un grenier à grains qui alimente pas moins de 10 wilayas du pays. Les stocks de grains sont donc importants dans les silos et les minoteries de la région et des wilayas limitrophes sont prêtes à répondre à tous les besoins.» En effet, c’est une véritable razzia sur la farine et la semoule qui est constatée à travers toute la wilaya et l’appel de cet enfant de la région, ingénieur agricole de profession, très apprécié localement pour sa compétence et sa modestie, est susceptible, selon certains, d’inverser la tendance de cette boulimie sur ces produits de base. n