Depuis l’apparition de la pandémie qui frappe le monde entier, les pays occidentaux, à leur tête les Etats-Unis, se sont installés dans une posture d’hostilité grandissante envers la Chine. Après que Donald Trump eut qualifié la Covid de «virus chinois», il multiplie les invectives jusqu’à menacer de rompre les relations avec la Chine.

Washington avait déjà reproché à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) d’être sous l’influence de Pékin et décidé même de suspendre sa contribution à cette organisation importante. Les Américains mettent ainsi en difficulté une organisation mondiale pour qui la Chine représente presque le cinquième de la population mondiale.
Durant cette pandémie mondiale inédite, la Chine s’est illustrée par une attitude des plus altruistes – celle que les médias occidentaux appellent «politique du masque» – envers les pays mis en difficulté par le virus. Même des pays de l’Europe comme l’Italie, frappée de plein fouet par la pandémie, ou encore l’Allemagne ont bénéficié de l’aide chinoise, une aide qui s’est illustrée par du matériel ou des spécialistes. Cette posture humanitaire est vite critiquée par des médias occidentaux résolument antichinois et qualifiée de «géopolitique de la santé». La gestion chinoise de la pandémie de la Covid-19 continue ainsi d’irriter des pays occidentaux en difficulté et qui semblent déjà appréhender l’après. Une autre question semble inquiéter certaines capitales d’Europe. La Chine qui continue à gérer rigoureusement la pandémie de la Covid a déjà redémarré sa grande machine économique qui pourrait ainsi repartir alors que les pays occidentaux annoncent déjà l’entrée en récession.

Alger-Pékin ou l’amitié en temps de crise
Dès le début de la crise, l’Algérie et la Chine auront été fidèles à l’amitié historique qui les a toujours liées. Avec sa gestion remarquée de la pandémie dès son apparition, il était évident que les amis et partenaires de la Chine bénéficient en priorité de cette expérience. Plusieurs rotations ont été effectuées par l’aviation militaire nationale pour transporter les différentes aides des autorités chinoises et les commandes de l’Etat algérien en produits d’urgence, comme les masques et les appareils de respiration. Des échanges qui se sont déroulés dans des conditions optimales. Li Lianhe, ambassadeur de Chine en Algérie, qui vient de rappeler que «la véritable amitié se reconnaît dans les malheurs», a souligné que la Chine et l’Algérie sont «d’excellents partenaires, liés par une amitié exceptionnelle et une confiance mutuelle».
L’ambassadeur a dans, une tribune envoyée à la presse, noté, qu’alors que les pays du monde entier se limitent à des actions individuelles contre la pandémie, la coopération Alger-Pékin a montré sa solidité. Le diplomate dit «constater avec une grande satisfaction que les gouvernements et peuples de nos deux pays n’ont jamais cessé de conjuguer leurs efforts et de s’entraider en faveur d’une action commune». Au début de la crise à Wuhan, l’Algérie avait été l’un des premiers pays à fournir des aides «urgentes» de matériel à la Chine. Ce qui fera dire à l’ambassadeur que le peuple chinois «gardera cela à l’esprit pour toujours». La Chine vient d’envoyer une équipe de 20 experts médicaux spécialisés en Algérie. Il s’agit de la toute première équipe envoyée par Pékin en «Afrique du Nord et au Maghreb», reflet, estime l’ambassadeur, du «poids hors pair de l’amitié exceptionnelle entre la Chine et l’Algérie».<