L’expérience algérienne par ses résultats probants n’a pas laissé indifférents les experts dans la gestion des foules durant le hadj. C’est pour cette raison que l’Arabie saoudite ainsi que l’Organisation internationale de la Protection civile ont invité les pays arabes à prendre exemple sur l’Algérie et d’envoyer des détachements de la Protection civile afin de mieux encadrer leurs pèlerins.

Seul pays musulman à fournir à ses citoyens hadjis, et ce, depuis 2008, le soutien d’un détachement de secouristes sauveteurs de la Protection civile, chargé de la prévention des divers risques et de la réalisation d’un travail de proximité, le modèle algérien est devenu une référence mondiale dans l’ensemble, comme en témoignent les nombreux rapports élogieux reçus de la part de leurs homologues saoudiens ainsi que ceux de nombreux pays.
Dans ce contexte, et en accord avec les autorités saoudiennes et l’Organisation internationale de la Protection civile, une vaste campagne de sensibilisation a été lancée afin d’encourager tous les pays musulmans à adopter une décision similaire et à suivre l’exemple de la Protection civile algérienne.
En effet, un séminaire portant sur le thème « La protection civile et la gestion des foules », animé par des officiers des deux pays, a été organisé, hier, au niveau de l’Unité d’instruction et d’intervention d’El Hamiz (Dar el Beïda).
Intervenant lors de cette cérémonie, le général Khaled ben Abdelkrim El Aouda, Directeur général de la Protection civile saoudienne a indiqué que « depuis dix ans, la Protection civile a acquis une forte expérience dans la gestion des foules », en témoignant également « de la justesse de la décision algérienne de faire accompagner ses hadjis par une équipe de la Protection civile ».
D’ailleurs, le pèlerinage à La Mecque fait depuis plusieurs années l’objet d’une attention particulière de la communauté musulmane. Et avec un flux de plus de trois millions de pèlerins, « l’Arabie saoudite a décidé de généraliser cette action à tous les pays musulmans », a-t-il souligné. Désormais tous les hadjis qui se rendront aux Lieux-Saints se feront accompagner par une équipe de la Protection civile de leur pays.
Et, selon lui, « cette décision a été prise après le constat très favorable des autorités saoudiennes quant à la parfaite organisation des hadjis algériens ». Renseignements pris, ils se sont aperçus de l’impeccable encadrement fait par la Protection civile algérienne. Noble mission accomplie par les hommes du colonel Mustapha Lahbiri.
200 agents pour accompagner les pèlerins
Le colonel Belkacem El Ketroussi, cadre algérien de la Protection civile et adjoint du directeur de l’OIPC, a indiqué que « l’appréhension des pèlerins est d’autant plus élevée que le rassemblement sacré tel qu’il est organisé présente d’autres risques ». Soulignant que « la Protection civile n’a jamais été autant sollicitée qu’aujourd’hui ». Et c’est pour cette raison que l’Arabie saoudite veut instaurer une gestion collective des Lieux-Saints de l’islam ». D’ailleurs, pour la dixième année consécutive, un contingent composé de 200 agents de la Protection civile a été mobilisé pour accompagner les pèlerins algériens aux Lieux saints de l’islam pour l’accomplissement du rite du Hadj 2018.
Le colonel Achour Farouk, porte-parole de la Protection civile, affirmera que la Protection civile participe pour la 10e fois dans l’accompagnement des pèlerins aux Lieux saints de l’islam en Arabie saoudite, où « les agents de notre mission sont appelés à fournir beaucoup d’efforts pour orienter, accompagner et  aider les hadjis algériens, notamment les personnes âgées », soulignant que « notre contingent est très qualifié et il est prêt à relever ce défi et représenter dignement la Protection civile algérienne en Arabie saoudite et ce malgré la difficulté de la mission ».