PAR NAZIM B.
Le gouvernement a décidé de généraliser et revaloriser, à 10 000 DA, l’allocation versée aux handicapés à 100%, alors que cette catégorie bénéficiait jusqu’à présent d’une allocation forfaitaire de solidarité de l’ordre de 3 000 DA. La valeur de l’enveloppe annuelle mobilisée pour cette revalorisation est estimée à près de 32 milliards de dinars, selon la ministre de la Solidarité nationale.
Cette nouvelle mesure, en vigueur depuis le 1er octobre, touchera toutes les personnes handicapées à 100% à l’échelle nationale, dont le nombre global s’élève à 334 007 personnes, dont 23 813 enfants. La décision a été prise lors du Conseil interministériel présidé par le Premier ministre, Noureddine Bedoui, dont le communiqué final énonce «une généralisation de l’allocation versée aux personnes handicapées à 100%, quelle que soit la nature du handicap et l’âge du handicapé». Il a été relevé, dans ce sens, que cette revalorisation de l’allocation versée aux personnes handicapées à 100% intervient à la lumière des décisions prises par la réunion du gouvernement, en date du 11 septembre 2019, en présence des ministres des Finances, du Travail et de la Santé, ainsi que du secrétaire général du ministère chargé de la Solidarité nationale.
La généralisation a été entérinée suite à l’exposé présenté, relatif aux résultats des consultations avec les acteurs de la société civile activant dans le domaine du handicap et de la solidarité nationale, et suite à l’examen des préoccupations exprimées par une large frange de cette catégorie, notamment les handicapés auditifs et visuels, bénéficiant d’une allocation forfaitaire de solidarité qui n’a pas été revalorisée depuis 2009. La même source note que «bénéficieront également de cette augmentation mensuelle de l’allocation forfaitaire de solidarité, tous les enfants handicapés à 100% de moins de 18 ans, soit 10 000 DA pour chaque enfant handicapé». L’Etat prend, à cet effet, en charge le versement des cotisations à la sécurité sociale au profit de cette catégorie. Par ailleurs, il a été décidé de l’installation d’un groupe de travail au niveau du ministère de la Solidarité nationale, afin de faire «des propositions complémentaires pour améliorer la situation socioprofessionnelle des handicapés et réexaminer les textes juridiques et règlementaires spécifiques à cette catégorie». M. Bedoui a souligné, à cet effet, qu’«il s’agit d’un engagement moral et humain avant qu’il soit légal. Il appartient, donc, à tous de l’assumer, afin de concrétiser la justice sociale et l’égalité des chances au profit de tous les citoyens, sans distinction aucune».
Dans sa réunion du 11 septembre, le gouvernement a examiné et adopté le projet du décret
exécutif modifiant et complétant le décret exécutif 03-45 du 19 janvier 2003, modifié et complété en 2007, fixant les modalités d’application des dispositions de l’article 7 de la loi 02-09 du 8 mai 2002, relative à la protection et à la promotion des personnes handicapées. Et dans une autre mesure d’accompagnement, il a été décidé d’augmenter le seuil minimal, actuellement fixé à 1%, des offres d’emploi imposé aux responsables des entreprises et des administrations et réservées aux personnes handicapées en âge de travailler, à 3% au moins, avec la gratuité du transport aérien qui sera pris en charge par la Caisse de solidarité nationale.n