A l’Assemblée nationale hier, où devait se dérouler le vote de la loi télécoms, les députés ne comprennent pas les raisons qui ont poussé le gouvernement à retirer le texte. Des interrogations fusent et les interprétations aussi.

Ceux que nous avons approchés veulent des explications. En effet, le projet de loi fixant les règles générales relatives à la poste et aux communications électroniques, présenté par la ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Iman Houda Feraoun, est officiellement gelé au niveau de l’APN. Le président de l’Assemblée nationale, Said Bouhadja, a annoncé que ledit projet de loi est gelé et ce, « pour des considérations techniques». Il n’a pas donné les raisons qui ont motivé cette décision. Il s’est contenté de dire que « le projet de loi a été gelé à cause de raisons techniques ». Mais les propos tenus par Said Bouhadja n’ont pas convaincu les députés, notamment ceux de l’opposition qui siègent à l’Assemblée. Parmi ceux-là, Lakhdar Benkhellaf, du parti El-Adala, qui se dit convaincu que la décision de mettre sous le coude ce texte est « d’ordre politique ». « La commission de l’Assemblée était en pleine réunion pour étudier les amendements et apporter les dernières retouches au projet, en présence de la ministre Iman Houda Feraoun, lorsque Tahar Khaoua, ministre chargé des Relations avec le Parlement, a annoncé le gel du projet ; la ministre des TIC n’était pas au courant de cette décision », nous a affirmé le député du mouvement El-Adala. Ce dernier pense que « la décision de geler le projet de loi est un signe annonciateur d’un remaniement du gouvernement ». De leur côté, les députés du Parti des travailleurs abondent dans le même sens, à l’image du député Ramdane Tazibt. « Lors de la réunion de la commission chargée des amendements du projet de loi, la ministre était d’accord sur les propositions du PT ; nous avons introduit des amendements pour mettre le secteur de la poste et des communications électroniques sous l’autorité de l’Etat, nous avons introduit 6 amendements politiques et non d’ordre technique ; nous avons proposé de protéger à travers cette loi les intérêts de l’opérateur historique Algérie Télécom », nous dit-il, et d’afficher son étonnement par le gel de cette loi. « Nous appelons le Premier ministre pour expliquer à l’opinion nationale les motifs ayant poussé à prendre cette mesure à la dernière minute », a-t-il ajouté.

Pour sa part, le député du FFS, Djamel Bahloul, rappelle que « ce n’est pas la première fois qu’un projet de loi régissant la poste est ajourné ; le projet présenté par la ministre des TIC, Iman Houda Feraoun, est une copie conforme du projet de loi présenté par l’ex-ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication Zohra Derdouri». « Nous attendons des explications du gouvernement, il y a beaucoup de zones d’ombre dans cette affaire », a ajouté le député de Bouira.