Les livraisons de gaz algériens pour l’Espagne ont poursuivi leur baisse en juin. Longtemps classé premier fournisseur du marché espagnol, l’Algérie s’est retrouvée en troisième position sur ce registre, avec un part de 21,6% seulement des importations de ce pays durant le mois dernier, selon les chiffres du gestionnaire du réseau gazier espagnol.
Ce sont les Etats-Unis qui ont pris la première position, avec 29,6% de parts, alors que la Russie s’est hissée à la deuxième place, avec 24,4% du gaz importé par l’Espagne. Ce changement opéré sur le classement des fournisseurs de gaz à l’Espagne ne constitue pas une surprise, dans la mesure où le recul des exportations algériennes vers ce client ont entamé leur recul bien avant le mois de juin, sur fonds d’une crise politique entre les deux pays que le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez s’est chargé de déclencher à travers son revirement dans la question du Sahara occidental sans juger utile, depuis, de faire marche-arrière et de remettre les relations de son pays avec l’Algérie à l’heure de la bonne entente et des avantages dont jouissait l’Espagne dans la coopération énergétique. Début mai dernier, la presse espagnole rapportait déjà que les entrées de gaz par le gazoduc Medgaz, reliant l’Algérie à l’Espagne, avaient reculé de près de 25% durant la première semaine ce mois, comparativement à la mi-mars.
Analysant les données de surveillance quotidiennes du système gazier fournies par Enagas, la même source avait également expliqué que 234 GWh/jour étaient entrés entre le 1er et le 5 mai par le Medgaz, contre 312 GWh/jour le 14 mars, date à laquelle Pedro Sanchez avait annoncé son revirement-surprise, se rangeant du côté du Maroc et engendrant une crise diplomatique où le gaz a le rôle d’une arme politique lourde.
Face à l’obstination du Premier ministre espagnol à défendre la thèse du Makhzen, l’Algérie a décidé de passer à la rupture des relations économiques avec l’Espagne, plusieurs semaines après avoir rappelé son ambassadeur à Madrid, en réaction immédiate à l’annonce de Sanchez.
Une rupture qui a vu Alger suspendre, début juin, le traité de coopération avec l’Espagne, conclu entre les deux pays en 2002.
Parallèlement l’Algérie a décidé de revoir son contrat portant sur les ventes de gaz, annonçant une augmentation des prix qui est toujours en phase de négociations entre les responsables de Sonatrach et leur partenaire dans Medgaz Naturgy.
Si la baisse des exportations de gaz algérien vers l’Espagne est en train d’inquiéter les autorités espagnoles, la hausse des ventes russes vers ce pays provoquent, elle aussi, le même type de sentiments chez ces derniers. Elles ont lieu alors que les pays de l’UE sont en quête d’alternatives aux énergies produites en Russie.
Hier, le gouvernement espagnol a appelé les groupes énergétiques du pays à « réduire au maximum » leurs importations de gaz russe. « Il serait bon » que les entreprises commercialisant du gaz « cherchent à réduire au maximum » leurs importations de Russie, a déclaré la ministre espagnole de la Transition écologique Teresa Ribera à l’issue du conseil des ministres. Contrairement au pétrole, le gaz russe n’est pas concerné par les sanctions européennes adoptées suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, mais « il est recommandable de rechercher des alternatives », a-t-elle insisté.
Les achats de gaz russe du mois de juin « correspondent probablement à des accords commerciaux antérieurs » à la guerre en Ukraine, a souligné Teresa Ribera.
Pour rappel, l’Algérie est restée le principal fournisseur de gaz à l’Espagne en 2021. Selon les données d’Enagás, durant l’année écoulée, les importations espagnoles de gaz ont atteint 416.685 gigawattheures (GWh). L’Algérie a fourni 42,7% du gaz importé par l’Espagne, soit près de 178.000 GWh, dont 154.565 GWh par gazoduc et 23.425 GWh sous forme de GNL.
Le deuxième fournisseur de gaz naturel de l’Espagne en 2021 était les Etats-Unis, dont les importations représentaient 59.870 GWh, soit 14,4% des besoins espagnols, alors que le troisième fournisseur était le Nigeria, avec 47 690 GWh. La Russie est arrivée en quatrième position avec 8,7%, suivie par la France (7,7%), le Qatar (6,3%) et le reste 8,8%.