Il n’existe aucune difficulté pour l’Algérie à acheminer des volumes de gaz supplémentaires vers l’Italie à travers le Transmed, a indiqué ENI, partenaire de Sonatrach dans la gestion de ce gazoduc.

Par Feriel Nourine
Une indication à valeur de démenti au site Algérie Part, selon des rumeurs faisant état de difficultés qu’éprouverait Sonatrach à assurer les volumes promis par l’Algérie à l’Italie et qui ont fait l’objet d’un accord signé entre les compagnies des deux pays, en avril dernier, lors de la visite à Alger du Premier ministre italien, Mario Draghi.
«Au cours de la dernière semaine, via le Transmed, une moyenne de 70 millions de mètres cubes par jour est arrivée en Italie, ce qui représente environ 36% des approvisionnements totaux et plus de trois fois le débit qui sont arrivés de Russie à la même période», a souligné le groupe énergétique italien, cité ANSA. «Ces niveaux de flux en provenance d’Algérie au cours du mois de septembre n’ont jamais été enregistrés ces dernières années», a soutenu ENI.
«Des approvisionnements qui constituent une étape importante vers l’indépendance énergétique de notre pays», s’est, à l’occasion, réjouie l’agence de presse italienne, rappelant que ces derniers mois, l’Algérie est devenue le principal fournisseur de gaz à l’Italie.
En effet, la coopération énergétique entre l’Algérie et l’Italie a connu un renforcement notable cette année. Lequel concerne, en premier lieu, les livraisons algériennes de gaz vers ce pays, relevées de 9 milliards de mètres cubes de gaz par an en 2023-24». Ce qui a rassuré le partenaire italien en cette période où le marché gazier international connaît de fortes perturbations, en matière de prix et d’offres, et impose aux pays importateurs de se mettre à l’abri d’une éventuelle pénurie de gaz en s’efforçant de réduire leur dépendance de la Russie.
L’Algérie devient ainsi le premier fournisseur en gaz de l’Italie, qui importe environ 95% du gaz qu’elle consomme, en étant l’un des pays européens les plus dépendants du gaz russe. D’Algérie, elle en avait importé durant le premier trimestre 2021 un total de 6,4 milliards de mètres cubes, soit une progression de 109% par rapport à 2020.
Le contrat de vente de gaz entre les deux pays a été renouvelé en mai 2019 pour une durée de huit ans jusqu’en 2027, en plus de deux années optionnelles supplémentaires.
Partenaire historique de Sonatrach, ENI a constamment soigné sa position en Algérie pour devenir l’un des groupes les plus en vue du secteur énergétique dans notre pays.
Ces derniers mois, le renforcement de la coopération gazière entre l’Algérie et l’Italie aura servi d’opportunité à la compagnie italienne pour se rapprocher davantage de son partenaire algérien et améliorer ses rendements à travers des opérations financières de grandes envergures, mais aussi fructueuses pour elle.
La dernière annonce en date inscrite dans la cadre de cet élan a eu lieu il y a quelques jours. Elle concerne l’acquisition par ENI des activités de BP en Algérie. n