Les concentrations de gaz à effet de serre (GES) ont atteint l’an dernier des niveaux records, le taux d’augmentation annuel dépassant même la moyenne de la dernière décennie, s’est inquiété lundi l’Organisation météorologique mondiale (OMM) de l’ONU.
«Au rythme où augmentent les concentrations de gaz à effet de serre, l’élévation des températures à la fin du siècle sera bien supérieure aux objectifs de l’Accord de Paris, soit 1,5 à 2 degrés Celsius au-dessus des niveaux préindustriels», a averti le secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas, à l’occasion de la publication du Bulletin annuel sur les gaz à effet de serre.
«Nous sommes très loin du but», a ajouté le responsable. Les engagements actuels sur le climat des Etats sont «un aller simple vers le désastre», a estimé jeudi le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, s’inquiétant du peu de temps restant pour «éviter un échec» de la COP26 qui doit s’ouvrir dans quelques jours, à Glasgow en Ecosse. Prévue à partir du 31 octobre, et pendant quinze jours, la COP26 va tenter de persuader quelque 200 pays de faire davantage pour réduire leurs émissions de carbone dans le but de contenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5 C par rapport à l’ère pré-industrielle, seuil ambitieux fixé en 2015 par les accords de Paris. Depuis la signature de ces accords, la transition vers une économie et des énergies plus propres a progressé, mais trop lentement pour limiter le réchauffement à 2 C, a fortiori à 1,5 C, par rapport à la fin du XIXe siècle.