Certes, la réception attendue des vaccins, toujours en mode « blocage », suscite encore la polémique en Algérie, mais le plus important est bien ailleurs. C’est qu’au-delà des quotas annoncés, il y a les étapes à assurer juste après. Les paroles, se voulant rassurantes, des responsables du secteur de la santé sur le fait que tout est prêt pour lancer la campagne de vaccination, vont devoir affronter la réalité du terrain. Les appréhensions sont d’autant grandes qu’il suffit de voir ce qui se passe sous d’autres cieux.
L’Europe en premier lieu se retrouve à subir une pression énorme pour assurer les campagnes de vaccination qui dépendent de plusieurs paramètres. Des mini-crises constatées au tout début, il est actuellement question de stabilité territoriale. La pagaille est signalée dans plusieurs Etats et elle risque de prendre des proportions encore plus graves au fil des jours.
En plus des dysfonctionnements au niveau des administrations, c’est également les laboratoires pharmaceutiques qui sont au banc des accusés. En premier lieu, il y a l’américain Pfitzer et son partenaire allemand BioNTech accusés de vouloir profiter (ce qui d’ailleurs était prévisible depuis plusieurs mois) de la crise sanitaire pour « pomper » au maximum les pays de l’Union Européenne. Le scandale de ce qui est appelé « la sixième dose » vient démontrer le pouvoir immense que se sont donnés les laboratoires pharmaceutiques dont la puissance est en train de dépasser, et de très loin, celles des Etats. Si la sphère Nord se retrouve désarmée devant Big Pharma qu’en sera-t-il des pays du « dessous » ? La question s’impose d’elle-même.
Le retard constaté, pour le cas algérien, concernant la réception des vaccins, devrait inciter tous les protagonistes du secteur de la santé à prendre au sérieux, très au sérieux, les étapes à venir. La Covid-19 reste toujours une inconnue et réserve encore des surprises. Pas seulement sur le plan de la santé, mais également eu égard aux effets que suscite cette pandémie dans tous les pays. Avec les crises multiformes dans lesquelles se retrouve l’Algérie, l’heure est à la mobilisation. L’amateurisme doit être banni.