Les sujets du baccalauréat 2016 auraient fuité au niveau des centres de distribution, affirment des cadres de l’Office national des examens et concours (Onec).

Quatre cadres de l’organisme, poursuivis dans le cadre de la fuite des sujets, ont assuré devant la Cour d’Alger que les faits se seraient déroulés au niveau de l’un des 365 centres de distribution que compte le pays. Ces centres reçoivent les sujets de l’examen annuel trois jours avant le début de l’examen. Parmi les cadres poursuivis, Mohamed-Amine Mebrek, l’ancien directeur de l’Onec, a réfuté, lors de son audition, les accusations portées à son encontre. Celui-ci a plaidé l’impossibilité de faire fuiter les sujets du centre d’imprimerie grâce à la surveillance accrue du lieu. Un assistant administratif de l’Onec, lui aussi mis en cause, a également nié toute tentative de faire fuiter les sujets d’examen. Il a toutefois reconnu avoir pris possession du sujet de gestion-économie, acte qui a été filmé par une caméra de surveillance. A noter que le représentant du ministère de l’Education nationale au procès a demandé 71 milliards de centimes de dédommagements matériels et 70 millions de centimes de compensations morales. Des sommes qui correspondent à ce qu’a coûté, selon le représentant, l’organisation des épreuves de la seconde session du bac 2016.W. S.