La décision d’interdire temporairement l’importation de fruits dont les récoltes sont largement suffisantes à la demande locale, entrée en vigueur le 19 juillet 2020, sur instruction du Président de la République, vient d’être reconduite dans son intégralité. Au total, 13 fruits sont concernés par cette mesure mais avec des modifications sur la période de suspension et leur position tarifaire.
C’est le ministère du Commerce qui le fait savoir à travers une correspondance concernant l’interdiction d’importation de produits agricoles, notamment certains fruits, adressée au ministère des Finances. La correspondance porte le numéro n°336, datée du 24 février 2021, et porte sur la mise en œuvre de l’instruction du Premier ministre relative à l’interdiction d’importation de certains fruits. Dans sa lettre, le ministre du Commerce informe que la liste a été réactualisée mais avec quelques correctifs portant sur la campagne de récoltes et la position tarifaire pour les fruits soumis à une suspension d’importation. Sur ce dernier point, le ministère du Commerce appelle la Banque d’Algérie à appliquer cette instruction.
Pour le détail des nouvelles périodes de campagne, concernant les agrumes, la durée s’étale du 1er octobre au 30 juin, abricot, 1er avril au 31 juillet, cerise, 1er mai au 31 juillet, pêche, 1er mai au 31 août, pruneaux 1er juin-30 septembre, raisin 1er juin-30 novembre, poire 1er juin-29 février, pomme 1er juin-31 mars, amendes 1er juin-31 août, figue 1er juin-31 août, grenade 1er septembre-29 février, aubépine 1er avril-30 juin et, enfin, le coing du 1er octobre au 30 novembre.
Pour rappel, en juin dernier, le chef de l’Etat avait ordonné, lors de la réunion du Conseil des ministres, «l’interdiction totale de l’importation des produits agricoles tout au long de leur saison de cueillette». Le but de cette décision étant «de protéger la production nationale, ainsi que le durcissement du contrôle sur les fruits importés en vue d’enrayer le phénomène de surfacturation et, enfin, s’assurer de la qualité des fruits importés pour la préservation de la santé du citoyen.
En définitive, les producteurs de fruits concernés par ledit dispositif n’auront plus à s’inquiéter du risque de mévente de leurs cueillettes saisonnières.