Par Sihem Bounabi
Au lendemain des résultats officiels des élections législatives, le président du Front El Moustakbel, Abdelaziz Belaïd, a animé, hier, une conférence de presse où il s’est félicité des 48 sièges décrochés par les candidats de son parti et qui le place en cinquième position au Parlement. Il a, d’emblée, tenu à saluer tous ceux qui ont contribué à la réussite de ces élections estimant que «ce sont des élections décisives, très importantes pour la construction d’un nouvel élan politique en Algérie». Il ajoute que «la réussite du parti se reflète sur les 48 élus confirmés qui représentent 12% des sièges du Parlement», précisant, que «sur les 48 élus, il y a 10 % de femmes et 25% de jeunes de moins de 40 ans».
Abdelaziz Belaïd souligne, toutefois, que le Front El Moustakbel a introduit plusieurs recours au niveau de l’ANIE. Il estime ainsi que les chiffres annoncés sont des chiffres provisoires car le parti a fait plusieurs recours pour dénoncer les dépassements dans certaines wilayas. Soulignant que dans la plupart des cas ce sont des actes isolés au niveau local, mais reflètent que certaines pratiques de tentatives de fraude et d’intimidations perdurent. Il cite à titre d’exemple des dépassements ou des erreurs qui ont eu lieu dans les wilayas de Béchar et de Saïda, où les procès-verbaux de dépouillement ont démontré que le Front El Moustakbel était «largement gagnant», mais au final ce sont d’autres noms qui ont été affichés gagnant. Il estime que cela reste des cas isolés et que «l’on est très loin de l’atmosphère de fraudes et des dépassements pratiqués à large échelle lors des précédentes élections législatives».
Interpellé sur la région de Kabylie qui s’est distinguée par un boycott massif des élections législatives, le président du Front El Moustakbel souligne que «malgré toutes les difficultés et les tentatives d’intimidation de certains, les militants du parti se sont fortement mobilisés sur le terrain et, personnellement, j’ai animé un meeting dans la wilaya de Tizi-Ouzou». Il annonce dans ce sillage : «On a réussi grâce à la mobilisation à décrocher un siège dans cette wilaya.» Concernant le faible taux de participation reflétant un désintérêt flagrant des Algériens pour ces élections, qui a permis aux anciens partis de revenir en force dans ce Parlement post-Hirak, le président du Front El Moustakbel réplique que ce «taux est tout à fait logique au vu du contexte dans lequel se sont déroulées ces élections législatives. D’autant plus qu’après la chute de l’ancien pouvoir, il y a eu un débat houleux sur la scène politique et même dans la rue, où les différents protagonistes ne se sont pas mis d’accord sur la procédure à suivre». Il explique à ce sujet qu’«il y a eu deux grands courants qui ont émergé, d’un côté, ceux qui ont appelé à une période transitoire et ceux qui ont appelé à respecter la Constitution. Nous, on faisait partie de ceux qui prônent le respect de la Constitution». Il estime que suite à cette divergence politique, «le citoyen algérien s’est retrouvé piégé dans une propagande et des rumeurs de certains responsables politiques qui ont agi de manière égoïste et n’ont pas pris leur responsabilité face à la nécessité que l’Algérie retrouve sa stabilité». Il commente également la victoire des partis faisant partie de l’ancien système, en estimant que «cela était prévisible et logique car, ce sont des partis qui ont une base et un réservoir électoral important, implanté sur le terrain depuis des décennies».
Interrogé sur les possibles alliances que pourrait privilégier le Front El Moustakbel au sein de l’Hémicycle, Abdelaziz Belaïd a déclaré : «Nous sommes prêt à nous allier avec tous ceux qui œuvrent à impulser une réelle dynamique à ce nouveau Parlement, afin que ce soit un Parlement fort, basé sur le dialogue avec toutes ses composantes.» Il affirme à ce sujet : «Notre parti œuvre pour une participation active et positive pour assurer la stabilité et la sécurité de l’Algérie. Ce qui est le plus important pour nous, c’est d’œuvrer à apporter le soutien pour aller vers un gouvernement fort et efficace afin de donner un véritable élan pour les réformes socio-économiques pour une Algérie forte.» <