Trois personnes ont été tuées, dont au moins une égorgée, et plusieurs blessées jeudi matin à Nice lors d’une attaque au couteau dont l’auteur a été interpellé par la police, selon une source policière. Deux personnes, un homme et une femme, ont été tuées dans l’église Notre-Dame et une troisième, sérieusement blessée, est décédée dans un bar proche où elle s’était réfugiée, a précisé la même source. Le parquet national antiterroriste (Pnat) a été saisi de l’enquête. « La situation est sous contrôle il ne faut pas paniquer », a indiqué la police sur place. « Les détonations que vous entendez sont provoqués par le Raid, des services de déminage », a ajouté Florence Gavello, porte-parole de la police. « Une attaque au couteau, l’assaillant a été interpellé », a indiqué une porte-parole de la mairie de Nice. Le parquet antiterroriste a annoncé l’ouverture d’une enquête pour « assassinat » et « tentative d’assassinat ». Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé sur Twitter la tenue d’une « réunion de crise » à Paris, tandis que l’Assemblée nationale a décidé d’observer une minute de silence en solidarité à l’égard des victimes et de leurs proches. Le Premier ministre Jean Castex a quitté précipitamment, jeudi matin, l’Assemblée nationale où il était venu préciser le reconfinement pour se rendre à la cellule de crise. Le président Emmanuel Macron s’y rend également à 10H30, a annoncé le palais présidentiel de l’Elysée. Nice avait été endeuillée en 2016 par un attentat qui avait fait 86 morts sur la Promenade des Anglais le 14 juillet, en pleine fête nationale.