Le spécialiste des équipements pour l’énergie électrique Schneider Electric veut fermer deux sites en France où travaillent au total 160 personnes, dans le cadre d’une réorganisation de la production dans sa branche dédiée à la moyenne tension, a-t-il annoncé mercredi. Le groupe «a présenté aux partenaires sociaux un projet de réorganisation de la partie production de l’activité distribution électrique moyenne tension», a indiqué un porte-parole de Schneider à la presse. le groupe prévoit notamment «l’arrêt des activités de production sur les sites de Saumur (Maine-et-Loire, ndlr) et de Lattes (Hérault, ndlr) au cours du second semestre 2021», a-t-il précisé. Ces usines emploient chacune 80 personnes. Selon les syndicats toutefois, ce sont environ 400 emplois au total qui seront affectés par la réorganisation de la branche. «Nous prévoyons un accompagnement social fort de cette transformation industrielle, nous proposerons a minima un projet de reclassement à chacun des salariés concernés», a détaillé le porte-parole du groupe. Schneider Electric compte transférer certaines productions de Saumur et de Lattes à Mâcon (Saône-et-Loire) et à Aubenas (Ardèche). Il veut également créer un centre dédié à la modernisation des équipements en Isère. Le groupe, qui entame des négociations avec les partenaires sociaux, n’a pas détaillé combien de salariés au total sont concernés par la réorganisation, ni s’il y aura des licenciements. <