La France est appelée aux urnes dimanche pour le premier tour d’une présidentielle largement éclipsée par le fracas de la guerre en Ukraine, et qui devrait, sauf coup de théâtre, rééditer le duel de 2017 entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Favori des sondages depuis des mois, le président sortant, entré très tardivement en campagne, voit cependant l’écart se resserrer avec sa rivale d’extrême-droite, dont la victoire n’est plus inenvisageable, ce qui constituerait une première absolue sous la Ve République.

Bien que largement passée au second plan avec la guerre en Ukraine, l’élection présidentielle française, qui engage 12 candidats, revêt cependant des enjeux cruciaux, tant nationaux qu’internationaux, la France restant un poids lourd de l’Union européenne, qu’elle préside actuellement. Mais des thèmes majeurs, notamment celui de la lutte contre le dérèglement climatique, ont été quasiment absents de la campagne. Face à une gauche totalement éclatée, une droite atone, les sondages pointent tous dans la même direction depuis des mois: une qualification au premier tour du président sortant avec quelque 28% des suffrages, devant la candidate d’extrême droite à 23%. Mais les projections pour le deuxième tour ouvrent la voie à une possible victoire de Mme Le Pen, si l’on prend en compte la marge d’erreur, une étude ne lui donnant que trois points d’écart derrière son rival. Entré tard en campagne pour cause de crise sanitaire puis de guerre en Ukraine, confiant dans le scénario d’une réélection annoncée, M. Macron a semblé prendre conscience du danger et appelé à la «mobilisation» face à une extrême droite «banalisée». Lors d’un grand meeting à Paris samedi dernier, il s’est présenté comme le candidat «du progrès contre le repli et de l’Europe contre les nationalistes», et a promis de relancer «dans la concertation» ses réformes inabouties. Il a cependant boudé tout débat avec les autres candidats, qui l’ont accusé, à l’instar de Valérie Pécresse (droite), de «dérobade scandaleuse». Face au président sortant, Marine Le Pen et son parti, le Rassemblement national, jugent n’avoir «jamais été aussi près de la victoire» et que «la dynamique n’a jamais été aussi puissante». Donnée finie après son échec face à M. Macron en 2017, et notamment après un débat d’entre deux tours désastreux, la fille du sulfureux tribun et figure historique de l’extrême droite française Jean-Marie Le Pen a patiemment remonté la pente, lissé son image et recentré son discours. D’abord inquiétée par l’irruption à l’automne d’un autre candidat d’extrême droite, Eric Zemmour, elle a finalement bénéficié des positions ultra-radicales et clivantes de l’ancien polémiste, qui l’ont comparativement rendue plus modérée. Pendant que M. Zemmour, qui se tasse désormais dans les sondages, ressassait ses thèmes anti-immigration et anti-islam, Mme Le Pen axait sa campagne sur le pouvoir d’achat, principale préoccupation des Français, promettant des mesures d’urgence comme la suppression de la TVA sur certains produits. Son programme reste cependant très radical sur l’immigration et les sujets régaliens, relèvent les analystes. Et à l’heure de l’émotion suscitée par les atrocités imputées aux forces russes en Ukraine, ses anciennes positions pro-Poutine – Mme Le Pen avait notamment été la seule candidate française à rencontrer le chef du Kremlin avant le premier tour de la présidentielle en 2017 – fournissent un angle d’attaque à M. Macron.

L’inconnue Mélenchon
Le chef de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon, en troisième position dans les sondages, fort d’une percée à 15,5%, espère pour sa part provoquer un «vote utile» en sa faveur, qui permettrait de qualifier la gauche au second tour. «Je pense que j’ai une très sérieuse probabilité d’y arriver», a assuré M. Mélenchon mardi, assurant qu’un second tour Macron /le Pen «n’aurait pas lieu». Porteur d’un programme de «rupture» avec le libéralisme économique et chantre d’une VIe République plus parlementaire et participative, M. Mélenchon était arrivé 4e en 2017 avec 19,58% des voix. Loin derrière lui, le candidat écologiste Yannick Jadot oscille autour des 5%, le communiste Fabien Roussel à 2,5% et la maire socialiste de Paris Anne Hidalgo surnage à 2%. A droite, Valérie Pécresse recule (8% d’intentions de vote) et est au coude à coude avec Eric Zemmour (9%). Mme Pécresse tente de remobiliser un électorat très courtisé par ses adversaires, de l’extrême droite au camp de M. Macron, et se présente comme la seule héritière de la droite gaulliste et républicaine. Quatre autre «petits» candidats, les trotskystes Philippe Poutou et Nathalie Arthaud, le candidat de la ruralité Jean Lassalle et le souverainiste Nicolas Dupond-Aignan oscillent entre 0,5% et 3% des suffrages. Reste le facteur abstention, déterminant majeur de l’élection. Quelque 30% des Français pourraient s’abstenir le 10 avril, un niveau record pour un premier tour de présidentielle sous la Ve République, souligne un sondage Ipsos SopraSteria paru dimanche. (AFP)