Pour “regarder la vérité en face” sur la guerre d’Algérie, la France a décidé d’ouvrir “avec 15 ans d’avance” les archives judiciaires de l’époque, a annoncé ce 10 décembre le gouvernement, poursuivant la politique des “petits pas” amorcée par Emmanuel Macron.

“On a des choses à reconstruire avec l’Algérie, elles ne pourront se reconstruire que sur la vérité”, a défendu sur BFMTV Roselyne Bachelot, ministre française de la Culture, peu après avoir annoncé l’ouverture des “archives sur les enquêtes judiciaires de gendarmerie et de police” en rapport avec la guerre d’Algérie (1954-1962).

“Je veux que sur cette question -qui est troublante, irritante, où il y a des falsificateurs de l’Histoire à l’oeuvre- je veux qu’on puisse la regarder en face. On ne construit pas un roman national sur un mensonge”, a argué la ministre, qui a dans son périmètre la question des archives.

Cette déclaration intervient deux jours après la visite à Alger du chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian. Une visite qui se voulait un début de la relance de la relation bilatérale après deux mois de crises ouverte.

Interrogée sur les conséquences de cette décision, notamment sur la possible confirmation à venir d’actes de torture commis par l’armée française en Algérie, “c’est l’intérêt du pays que de le reconnaître”, a ajouté Mme Bachelot.