Les obsèques de l’ancien président français Valéry Giscard d’Estaing, décédé mercredi à l’âge de 94 ans du Covid-19, ont débuté samedi matin dans la plus stricte intimité familiale à Authon, au sud-ouest de Paris, ont constaté des médias. Le convoi funéraire, accompagné de deux véhicules de la gendarmerie, est arrivé à 10H30 sur la petite place, entre la mairie et l’église du village. Dans un silence à peine troublé par la cloche de l’église et le cliquetis des appareils photos, le cercueil a été transporté dans la petite église devant laquelle des gerbes de fleurs étaient alignées. Une quarantaine de personnes – famille et cercle proche – assistent à la messe. Une jauge réduite imposée par les mesures sanitaires, mais qui correspond au « souhait et à la volonté » d’intimité de l’ancien président, comme l’a confié son fils Henri Giscard d’Estaing vendredi. « VGE », qui présida la France le temps d’un seul mandat, de 1974 à 1981, est décédé mercredi soir des suites du Covid-19, entouré des siens dans sa propriété d’Authon, petit village du Loir-et-Cher. Pendant son mandat, Giscard, incarnation du centre-droit, avait eu une action modernisatrice, promulguant d’importantes réformes de société comme l’autorisation de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) ou l’abaissement du droit de vote à 18 ans. Il était également un fervent européen. L’ancien président sera « inhumé à côté de sa fille Jacinte, décédée en 2018 », sur un terrain privé appartenant à la famille situé près du cimetière d’Authon. Lors d’une adresse aux Français jeudi, Emmanuel Macron a décrété un jour de deuil national mercredi en hommage à cette « figure centrale de l’histoire de notre République ».