L’affaire n’en finit plus de faire des remous et l’heure est peut-être aux règlements de comptes. En tout cas, Nasser al-Khelaïfi serait déterminé à faire la lumière sur les responsables de ce qui s’apparente à un fiasco inédit pour le football français. Selon nos confrères de L’Equipe, le président du PSG n’a pas caché sa colère lors du conseil d’administration de la Ligue de football professionnel (LFP) ce vendredi. Il en aurait profité pour réclamer une enquête qui établisse les causes de cette rupture inédite de contrat entre le diffuseur du championnat de France et la Ligue.
Si le président actuel de la LFP Vincent Labrune a écarté une « chasse aux sorcières », tous les acteurs du football français ne sont pas de son avis. Selon son porte-parole, Al-Khelaïfi veut qu’une « investigation complète soit menée pour connaître les manquements de toutes les parties du dossier c’est-à-dire la Ligue, les clubs, les avocats, l’actionnaire chinois ». Difficile pour autant d’envisager un règlement de l’affaire en justice à l’heure actuelle puisque l’appel d’offres réalisé en 2018 a respecté le cadre de la loi Lamour de 2003.
Mediapro a d’ailleurs trouvé un accord avec la Ligue pour rendre ses droits et ne pas être poursuivi. Le futur ex-diffuseur de la Ligue 1 s’est ainsi engagé à verser 100 millions d’euros de dédommagements à la LFP, dont 64 dès la semaine prochaine, avant même que ledit accord ne soit homologué. Dans le premier trimestre 2021, 36 millions restants seront versés. D’ici là, les droits auront été attribués à un nouveau diffuseur, reste à savoir à quel prix.