Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a refusé samedi d’être considéré par l’Etat français comme les « indigènes » de la République, l’appelant à abandonnant sa gestion « coloniale » de l’islam en France.

Dans un communiqué parvenu à l’APS, le CFCM se révolte et s’indigne que, pour une réunion lundi à l’Elysée de personnalisés musulmanes, ce sont les services du ministère de l’Intérieur qui sont chargés par le président Emmanuel Macron de choisir les invités à une réunion. « Le 7 janvier 2019, Emmanuel Macron, président de la République, doit réunir à Paris, à l’Elysée, des personnalités musulmanes dont la sélection a été, semble-t-il, confiée aux services du ministère de l’Intérieur. Ces mêmes services ont pris soin d’écarter d’autres personnes », a expliqué le CFCM, relevant que « ceci nous ramène à la période de +l’islam colonial+ ». Le président du CFCM Ahmet Ogras a protesté auprès des conseillers du président Macron pour « ne pas avoir été consulté de manière à proposer également des responsables connus pour leur attachement aux intérêts du culte musulman français, mais aussi parce qu’ils sont très représentatifs sur le terrain », a-t-on ajouté. Le CFCM a demandé, à cet effet, à ce que les personnalités musulmanes et ses membres soient traités  » avec respect » comme les autres responsables des différents culte et de veiller « à l’égalité de traitement ». « Il y a les gilets +jaunes+, doit-on mettre des gilets +verts+ à notre tour pour que l’on puisse s’exprimer autour de la table de la République », s’est interrogé le l’association musulmane.