Au moment où les parents ont déjà entamé la ruée sur les fournitures scolaires, la ministre de l’Education Nouria Benghebrit a dévoilé les listes des affaires scolaires destinées pour chaque classe des trois paliers. En rendant publiques les listes, sur sa page officielle du réseau social, la ministre a voulu contribuer à sa manière à lutter contre le gaspillage et participer à « raisonner les dépenses et alléger le cartable de l’élève», a-t-elle écrit.

Cette initiative a été très bien accueillie par les partenaires sociaux ainsi que les parents d’élèves qui ne cessent de dénoncer chaque année des listes de fournitures scolaires exagérées et des cartables trop lourds pour leurs enfants. En effet, comme à chaque rentrée, le débat sur le poids du cartable est revenu sur la table d’autant plus que certains chiffres sur le nombre d’enfants atteints de scoliose sont inquiétants. Certains parents d’élèves, déterminés à ne pas subir le diktat des enseignants, ont établi les listes de fournitures scolaires eux-mêmes.
C’est le cas de Nassima, maman d’une enfant de première année. « J’ai décidé de n’acheter que des cahiers de 48 pages. Je ne vois pas ce qu’un enfant de 6 ans peut faire avec des cahiers de 288 pages, c’est de l’abus », s’est-elle indignée. Un avis que semblent partager beaucoup de parents ainsi que les syndicats, tels le Satef, qui a proposé la division des manuels scolaires en plusieurs tomes pour alléger leurs poids.