Vingt-sept opérateurs économiques relevant du Club des entrepreneurs et industriels de la Mitidja (CEIMI) prendront part, mercredi prochain, au Forum d’affaires algéro-italien qui se tiendra à Naples (Italie), dans le cadre du renforcement des relations de coopération et de partenariat économique entre l’Algérie et l’Italie, hors secteur hydrocarbures, a-t-on appris, lundi, du Club. Le forum d’affaires et d’investissement sera organisé le 25 janvier courant à Naples, par l’Ambassade d’Algérie en Italie, en collaboration avec l’Union industrielle de Naples et en partenariat avec le Club des entrepreneurs et industriels de Mitidja (CEIMI), avec la participation d’une centaine de représentants des deux parties (algérienne et italienne), dont 27 opérateurs économiques du CEIMI, selon le président du Club, Fethi Amour. Il a ajouté que ce «forum économique vise la consécration d’un partenariat économique bilatéral, notamment dans les secteurs de la production de pièces détachées automobiles, de l’agroalimentaire, de l’industrie textile, du tourisme, des télécommunications et du numérique». La partie algérienne vise, également, à «tirer profit de l’expertise italienne dans le domaine de gestion des petites entreprises et des startups, vu qu’un taux de 85% des entreprises composant le tissu industriel national sont des petites ou moyennes entreprises (PME)», a souligné le même responsable. «Ce forum d’affaires sera suivi par l’installation d’une commission de suivi des résultats couronnant cette rencontre, à travers l’organisation de rencontres mensuelles ou annuelles pour le suivi des modalités de mise en œuvre des partenariats convenus entre les deux parties», selon les explications du président du CEIMI.
Le Club des entrepreneurs et industriels de la Mitidja compte 1.640 entreprises adhérentes. L’organisation de ce forum s’inscrit dans le cadre de la promotion du nouveau cadre d’investissement en Algérie et de l’instauration de relations d’échanges et de coopération entre les associations professionnelles et les autorités locales des deux pays, outre l’implication des hommes d’affaires de la communauté algérienne établie en Italie dans le processus de développement national. <