Lewis Hamilton n’avait jamais manqué un départ de Formule 1 depuis ses débuts, en 2007, et Mercedes prenait un luxe de précautions autour de son staff depuis le début du Championnat du monde.
Bref, le Britannique a vécu une semaine particulière en devant se mettre en réserve de la Formule 1 et du monde extérieur, du lundi précédent le Grand Prix de Sakhir jusqu’à ce jeudi précédent le Grand Prix d’Abou Dabi, afin de guérir de ses symptômes – double test négatif à l’appui – du Covid-19.
Pendant cette période, son remplaçant George Russell a brillé, loupant la pole position pour 0»026 et la victoire à cause d’une crevaison lente, et Sergio Pérez (Racing Point) en a profité pour remporter sa première victoire après 190 tentatives. Un vent de fraîcheur qui a soulevé beaucoup de questions sur le mérite du Britannique à accumuler tous ces succès depuis quelques années.

PROFITER ET S’AMUSER
Qu’en a pensé le septuple champion du monde ? Pour la première fois, il a livré ses impressions, vendredi, sur le circuit de la marina de Yas. «Je pense que George a fait un boulot sensationnel, a-t-il dit, à Sky Sports. C’était vraiment étrange pour moi qui n’avais jamais raté une course en vingt-sept ans. J’étais très, très heureux ce matin de revenir ici pour essayer de finir la saison en trombes. Je ne tenais pas en place, c’est comme si c’était la rentrée des classes.»
Aux critiques qui ont estimé qu’il avait la chance de piloter la meilleure voiture du monde depuis 2014, et surtout celle d’avoir un coéquipier de seconde classe, l’Anglais a répondu de façon lapidaire : «Nous n’avons rien à prouver ce week-end, je ne sens pas que j’ai quelque chose à prouver moi-même, si ce n’est profiter, m’amuser.»
A ce propos, sa journée n’a pas été sans histoire à cause de freins qui ne répondait pas bien. «Ça m’a pris une minute pour retrouver mes repère dans la première séance, a-t-il poursuivi. Nous avons perdu 40 minutes, mais à part ça nous avons bouclé le gros de notre programme du jour.»

RUSSELL «SERA LUI AUSSI UN TEAM PLAYER»
«Nous avons passé en revue pas mal de choses pour l’année prochaine, a-t-il ajouté. La voiture n’a pas semblé la même que celle que j’avais laissée (au Grand Prix de Bahreïn). Je vais bosser pour la rendre plus confortable du point de vue de l’équilibre.» Dimanche, il repassera sur 2020 à plein temps avec l’objectif de signer une 96e victoire.
«Nous avons eu un problème d’embrayage et la voiture n’a jamais redémarré, a précisé Toto Wolff, le directeur d’équipe de Mercedes, à Sky Sports. C’était important pour lui de revenir fort afin de rentrer dans l’hiver avec le vent dans le dos. Il sait comment se mettre en situation. J’ai dans ses yeux qu’il allait beaucoup mieux. Chacun dans cette équipe doit être un team player, et si on veut la jouer perso, c’est le mauvais endroit. Lewis est un team player fantastique, tout comme Valtteri. Et je n’ai aucun doute que George le sera.» n